Mimi continue-t-elle de mijoter quelque chose ?

Quelques mois seulement après son limogeage surprenant de la présidence du Conseil Économique Sociale et Environnementale par le maître temporel des destins politiques, une bonne partie de la presse sénégalaise avait titré : « Que mijote Mimi ? », eu égard à ses démarches souterraines de rencontres discrètes et secrètes loin des projecteurs qui, cependant, n’ont pas échappé à certains radars et autres capteurs bien placés.

Tout portait à croire que l’ancienne cheffe du Gouvernement, successeur d’Abdoul Mbaye, avait un agenda caché qu’elle déroulait en toute discrétion tout en restant à l’intérieur du parti présidentiel. Quelle stratégie et intelligence politique de sa part !

Mimi n’ignore certainement pas « l’art de la guerre », ce fameux traité de stratégie militaire rédigé par le chinois Sun Tzu qui commande de ne jamais rester loin de l’ennemi, bien qu’il s’agit ici d’adversaire puisqu’on est en politique, afin de connaître ses plans et mieux le déstabiliser et le combattre.

Selon certaines indiscrétions, après son éviction, l’ex présidente du CESE passerait ses journées à rencontrer des syndicalistes, des intellectuels, des femmes, des religieux, des leaders d’opinion, sportifs et acteurs économiques.

D’ailleurs selon le Quotidien, elle consacrait une partie de ses journées à écrire, à mettre ses idées sur papier et à recenser les préoccupations des populations comme si elle concevait un projet de société pour l’horizon 2024.

Rappelons qu’elle a eu à rencontrer une grosse ponte du régime de Macky Sall en l’occurrence feu ABC (souvent en rupture de ban) en avril 2021 alors que celui-ci était à quelques encablures de la fin de son mandat de Médiateur de la République. Que se sont-ils réellement dit ? Mystère et boule de gomme !

En tout cas cette rencontre avait soulevé beaucoup de questions de la part des observateurs de la scène politique sénégalaise à telle enseigne que le journal l’As avait titré sa Une du 21 avril 2021 :« Mimi-ABC, la rencontre qui intrigue ».

Malheureusement pour l’autre, Dieu en a décidé autrement. Paix à son âme.

Néanmoins, tout le monde savait presque les ambitions de ABC avec l’organisation de son mouvement les ABCDAIRES en dedans comme en dehors du parti, qui constituait son bouclier.

Le Président Macky SALL n’a-t-il pas eu vent de ces tractations continues de Mimi, raison pour laquelle il lui a coupé l’herbe sous le pied en le choisissant comme tête de liste nationale pour les législatives de juillet 2022 avec une ferme promesse de faire d’elle la première femme à diriger l’Assemblée Nationale du Sénégal, et par ricochet deuxième personnalité de l’Etat  ?

Le fromage était certes trop succulent et attrayant, mais c’est mal connaître la trajectoire politique de Mimi qui ne manque jamais de sécuriser ses arrières en gardant toujours ses atouts pour ne pas se laisser abattre aussi facilement.

Malgré ce qu’elle considère comme un coup de Jarnac de la part de Macky Sall, Mimi, après avoir parcouru 5175 km sur tout le territoire national, semble droit dans ses bottes en gardant jalousement son poste de député dans le rang des non-inscrits, quittant le groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar qui perd ainsi sa majorité à l’hémicycle, tout en refusant de démissionner de l’APR.

Lors de sa déclaration de rupture en date du 25 septembre 2022, Mimi n’a pas manqué d’exprimer une pensée pieuse envers feu Alioune Badara Cissé qu’il qualifie de « valeureux, de patriote sincère et engagé ».

Elle a aussi exprimé une pensée affectueuse pour tous « ces milliers de militants sincères et les nombreux responsables de 2012 qui se demandent quel est le sens de leur engagement, quand ceux contre qui ils s’opposaient en 2012 deviennent les choisis et choyés d’aujourd’hui ».

On note subrepticement un appel du pied de Mimi à l’endroit de tous les frustrés de l’APR pour une future mobilisation des forces afin de disputer l’héritage du parti à Macky Sall qui, dit-elle, n’a moralement ni juridiquement pas droit à un troisième mandat en 2024.

Ainsi il est clair que Mimi tisse sa toile, et l’avenir nous en dira davantage.

 

Samba Bocar Diallo, originaire du Fouta et résident en France, Montreuil, 3215 – rue des pavillons.

 

Nombre de Vues | 905 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.