France – Nouveau décès de Sénégalais du Covid 19 en Haute- Savoie, selon HSF

Pourquoi cette Omerta de l’État sur la Diaspora ? Boubacar Sèye

- Publicité -

Boubacar Sèye, Président Horizon Sans FrontièresHorizon Sans Frontières faisant suite à l’idée avancée par l’État du Sénégal d’acheter des caveaux pour enterrer des Sénégalais décédés du Covid 19, demande aux autorités de bien vouloir communiquer solennellement sur le nombre exact de sénégalais décédés de cette maladie par pays et par juridiction.

Car HSF continue de recevoir des informations et confirmations sur le nombre de décès de Sénégalais à l’étranger et il a été même porté à notre connaissance aujourd’hui, la disparition d’un autre Sénégalais vivant en Haute- Savoie suite au coronavirus. Le décès est survenu ce mardi à Annemasse, il a été inhumé ce mercredi 22 Avril à Annecy.

Comme dans leur réaction, dans le sens où les autorités semblent dire qu’elles seraient mêmes seules à mesure de donner les chiffres fiables, Horizon Sans Frontières interpelle l’État pour communiquer en ce sens, à l’image de ce qu’elles font au quotidien.

Il est curieux de constater qu’à chaque décès enregistré, le ministère de la santé communique et quand il s’agit de l’étranger l’omerta totale, comme si les sénégalais de la Diaspora ne font partie de la nation.
Que se cache-t-il derrière ? voyager ou émigrer n’est pas un synonyme de perte de nationalité à ce que l’on sache.

Pour plus de transparence et une volonté d’informer juste, le ministère des Sénégalais de l’extérieur doit communiquer de façon objective sur le nombre de nos compatriotes morts du Covid 19 dans la diaspora, même si c’est un bilan hebdomadaire.

HSF rappelle au gouvernement du Sénégal que depuis le début de la pandémie, aucun chiffre officiel du nombre de cas infectés ou décès, n’est rendu public dans les représentations diplomatiques et consulaires.

Or, la publication de ces chiffres, pourrait contribuer à une prise de conscience de la dangerosité de cette maladie aussi bien au Sénégal qu’à l’étranger.

Ainsi pour éviter toute polémique, le ministère des Affaires étrangères pourrait s’inspirer du ministère de la santé pour différer chaque semaine (matin) du nombre de cas positifs, négatifs, en indiquant au moins le nombre de décès enregistré par notre pays sinon, les associations et organisations dans leurs rôles de défense, continueront de rendre publics, de façon responsable, les chiffres dont ils disposent.

 

  Boubacar Sèye, Président Ong Horizon Sans Frontières

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.