Bannière CESE-OK

Construction du port de Ndayane : Les villageois réclament une étude d’impact

L’Association pour la défense, la protection et la sauvegarde écologique du site de Ndoungouman et alentours dénonce vivement le projet de construction du port de Ndayane. Cette association, qui réunit les villages impactés, exige la création d’une commission spéciale pour clarifier l’impact environnemental, écologique et social du projet.

L’Association pour la défense, la protection et la sauvegarde écologique du site de Ndoungouman et alentours réclame le dialogue, le travail en commun et une étude d’impact social et environnemental sur le projet de construction du port de Ndayane. Cette association sollicite aussi la création d’une commission spéciale pour clarifier l’impact environnemental, écologique et social (expropriation des populations sur 1 200 ha, extinction de la pêche artisanale et de ses activités commerciales annexes). Elle demande par ailleurs le soutien des maires par l’information et non par «la cachoterie politicienne qui ne sert que leurs propres intérêts».
Depuis que le projet a été lancé, il a fait l’objet de beaucoup d’interrogations. Les villageois ne semblent pas trop enchantés par ce projet tant vendu par le gouvernement. Cependant, soulignent les plaignants dans un communiqué, «il est difficile de lutter contre un Etat. Il est difficile d’empêcher un chef d’Etat de dérouler ses programmes de développement».
Un développement doit être à la fois économique et social. Mais, à leurs yeux, le port de Ndayane ne paraît pas être un projet social.
L’Association dit ainsi avoir saisi «l’autorité en charge de l’environnement pour avoir en retour des informations précises et fiables sur ce projet de port dont la construction pourrait avoir de redoutables conséquences». «Jamais le ministre de l’Environnement n’a donné suite à notre correspondance. Pis, comme relais, le directeur du Port (de Dakar), dans une démarche de vanité et d’autorité injustifiable, a toujours répondu à nos questionnements concernant le projet du port de Ndayane par des éloges inconsidérés et une posture à plat ventre face à l’investisseur Dp world», regrette l’Association. Laquelle soupçonne de nouveau «un inacceptable hold-up de fonctionnaires camouflés et dénués de toute valeur morale…». «Le port de Bargny Sendou nous a donné un triste exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Nous avons assisté au drame vite oublié, des populations chassées de leurs terres au nom d’une construction portuaire mal conçue et aujourd’hui, inachevée, faute de planification», font savoir les villageois.
L’Association demande aussi «une analyse des conséquences néfastes de ce projet qui ne semblent pas avoir été mesurées (dépossession massive des terres, mépris des droits des citoyens, arrivée de maladies infectieuses et handicapantes dues aux violentes pollutions, chômage accru, disparition de la pêche artisanale, disparition des commerces des femmes de Ndayane-Toubab-Dialaw-Yène, prostitution, errance, misère)».
De l’avis de ces villageois, «le port de Ndayane est certes un projet de développement avancé pour notre pays, mais il risque d’être aussi le projet le plus scandaleux de l’histoire du Sénégal, car construit sur des biens expropriés d’enfants sénégalais qui ont bâti à la sueur de leur front des infrastructures hôtelières et culturelles qui rayonnent de par le monde, comme l’Ecole de danse internationale de Germaine Acogny, le plus grand théâtre de verdure du Sénégal».
Le Quotidien

 3,040 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.