Différend avec l’Etat du Sénégal : African Petroleum disposée à la conciliation

Le Sénégal pourrait éviter de justesse un contentieux juridique devant le tribunal arbitral de Paris. Si l’on en croit certaines sources, la compagnie pétrolière internationale African Petroleum Corp Ltd (Apcl), dirigée par Jens Pace, cotée à la bourse des valeurs d’Oslo (Norvège) qui détenait depuis 2011 les blocs de recherche de Rufisque Offshore Profond (Rop) et de Sénégal Sud Offshore Profond (Sosp), est sur le point de conclure un accord à l’amiable avec le gouvernement du Sénégal à propos de litige relatif au retrait de ses blocs.

Selon EnQuete, Jens Pace n’avait pas approuvé la façon cavalière par laquelle le ministère de l’Energie, sous Thierno Alassane Sall, lui avait retiré un de ses deux blocs offshore profond sénégalais. Aujourd’hui, Apcl serait disposé à renoncer à sa plainte devant le tribunal Arbitral du Commerce de Paris, si la procédure de conciliation entamée s’avérait concluante.

Le point d’accord entre Apcl et l’Etat du Sénégal pourrait porter sur la possibilité d’une extension (prolongation de la durée de validité) de son second contrat de recherche, le Crpp (contrat de recherche partage et production) du Sosp, couvrant les eaux profondes au Sud de la Gambie, qui en était à sa seconde période de validité. Sur ce bloc, également octroyé en 2011, Apcl avait largement rempli ses engagements de travaux qui consistaient à l’achat, auprès de Petrosen, de données existantes et à la réalisation de 2 500 km² de sismique 3D.

En définitive, elle aurait réalisé 3 600 km². Ce qui lui avait donné le droit au premier renouvellement de ce contrat en 2014.

Médiation du cabinet parisien Betto Seraglini

Depuis l’année dernière, elle réclamerait une extension de la période de validité de ce premier renouvellement pour avoir suffisamment le temps de réaliser l’engagement de forage exigé.

Avec la participation d’une dizaine de compagnies pétrolières prêtes à venir se joindre à elle, Apcl n’attendant pour cela que le feu vert du gouvernement sénégalais. En échange, Apcl serait disposée à ne pas porter son différend avec l’Etat du Sénégal sur le retrait du Bloc Rufisque Offshore Profond, qui avait été entre-temps attribué à la compagnie française Total, en mai 2017.

Apcl s’est attaché les services du cabinet parisien Betto Seraglini pour mener la médiation avec l’État du Sénégal à la suite du retrait abusif du bloc de Rufisque Offshore Profond. Notons qu’à l’octroi des blocs de recherche, en octobre 2011, Apcl avait aussitôt créé, pour se faire représenter au Sénégal, une filiale locale African Petroleum Senegal SAU qui employait une dizaine de personnes, conformément aux dispositions réglementaires en la matière.

Elle aurait, par ailleurs, dépensé auprès de Petrosen des données pour un montant de plus de quatre millions de dollars US. Elle aurait également financé l’achat de matériel informatique et de logiciel technique pour le personnel de Petrosen et du ministère de l’Energie, financé la promotion et la formation et effectué le retraitement, la réinterprétation des données acquises auprès de Petrosen. Au total, Apcl a dépensé un peu plus de 50 millions de dollars (25 milliards F Cfa), au cours de ses six années de présence au Sénégal.

 61 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.