Le Sénégal veut mettre fin aux dérives sur les réseaux sociaux

L’État du Sénégal veut mettre fin aux dérives sur les réseaux sociaux. Le ministère de l’Economie Numérique et des Télécommunications et la CDP unissent leurs forces pour barrer la route aux spammeurs, diffuseurs de fakenews et deepfakes ainsi qu’aux « influenceurs malveillants ».

Le Sénégal est secoué par une série de violations des droits des Hommes par la diffusion de données à caractères personnels de citoyens de divers statuts ou la dissémination de fake news. De la première institution du pays, à savoir la Présidence de la République au citoyen lambda, en passant par less guides religieux, tout le monde est victime soit d’attaques sur les réseaux, soit de diffusion de ses données personnelles.

Ainsi, le ministère de l’Economie Numérique et des Télécommunications et la Commission des Données personnelles (CDP) ont décidé de poser le débat autour de la recrudescence des dérives notées sur internet en général et les réseaux sociaux en particulier afin de trouver les solutions idoines.
Les deux parties qui envisagent désormais d’unir leurs forces pour contrer la montée fulgurante de la déviance sur les réseaux sociaux, ont pu procéder à un diagnostic du mal. Il a ainsi été noté que la majeure partie des personnes qui s’adonnent à ces pratiques méconnaissent souvent la portée ou bien même les dispositions législatives et juridiques qui encadrent leur usage.

Les deux parties ont annoncé des perspectives de collaboration dont la première phase portera sur la sensibilisation des masses populaires car une éducation des usages des technologies s’impose souvent aux utilisateurs des outils du numérique.

En plus de cette sensibilisation, les deux équipes ont rappelé les mesures coercitives de la loi, plus précisément celles contenues dans le code pénal et les mesures de la loi actualisée sur la protection des données personnelles.

En attendant de mettre en place une task force de convergence des actions, le ministère et la CDP s’engagent à barrer la route aux auteurs des dérives sur les réseaux sociaux.

 1,418 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.