L’année scolaire ou la vie des élèves : PDF sous-entend, Dame Mbodj s’inquiète, Yaham Mbaye défend l’Etat

Le 2 Juin est une date que les Sénégalais attendent, impatiemment. L’occasion est saisie ce 29 Mai, par l’émission Jákkarloo de TFM. Pape Djibril Fall, un des journalistes les plus suivis de cette émission, s’est prononcé sur la date du 2 Juin, retenue pour la réouverture des écoles, pour certains niveaux d’étude.

A l’entendre, une parole proférée par certains formateurs en journalisme peut rejaillir dans certains esprits. “Aucun reportage ne vaut une vie”, dit-on souvent. Et, concernant l’intervention de PDF dans Jákkarloo, on est tenté de dire: en fin de compte, “sauver une année scolaire ne vaut pas risquer la vie des élèves”.

Les enseignants sont partis rejoindre les lieux de service, certes. Mais au chroniqueur de rappeler que “la commodité de certaines écoles de Dakar” est  une chose inconnue dans ces lieux-là, où les enseignants se rendent pour terminer l’année. L'”incidence financière” de cette rentrée est à prendre en compte, selon monsieur Fall. En effet, ce n’est pas une “rentrée” comme les autres. Masques et autres équipements pour protéger les enseignants et les enfants ! 

D’où, le sous-entendu de Pape Djibril Fall. L’année ou la santé ? “L’année et la santé, d’une pierre deux coups”, cela pourrait être l’idéal. Mais, ça reste un idéal. PDF, lui, a été concret. Concret, jusqu’à rappeler l’année blanche de 1988 qu’a connue le Sénégal. Ce sont des étudiants de cette année invalide-là qui dirigent maintenant, dit-il. Que faut-il entendre par là ! Chacun peut se faire son idée. De toutes les façons, selon le journaliste, il y a depuis longtemps que le calendrier scolaire sénégalais tangue en eaux troubles. Corona alors, au-delà du bruit, une chance à saisir pour refaire ce calendrier.
Les vies humaines ou l’année scolaire? L’Etat a pris sa décision. Et, ce n’est pas pour rien que Jákkarloo a eu comme thème : “le 2 juin, équation à…mille inconnues”.

Mille inconnues, cependant avec une certitude. La validation de l’année est une décision politique. Ce qui n’a rien à voir avec la question technique du quantum horaire. C’est selon Dame Ndoye, le syndicaliste présent sur le plateau de la TFM. Il s’est offusqué de la réduction de ce quantum qui peut être revu à la baisse. Mise donc de côté le sous-entendu de Pape Djibril Fall, il y a ceci : même si le choix difficile entre santé et éducation est évacué, il reste celui de la qualité des enseignements pour l’année en cours. L’année académique pourrait être bâclée. Telle est l’autre inquiétude : celle du syndicaliste.

“A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles”, s’écrie Yakham Mbaye, directeur du quotidien national Le Soleil. Qui défend les mesures prises par le gouvernement du Président Sall. A l’en croire, les mauvaises conditions de convoiement décriées par le syndicaliste, sont une vue d’esprit de ce dernier. Car, il y a exagération, puisque le déplacement a été bien mené, organisé en toute responsabilité par le gouvernement. Pas besoin donc de s’alarmer : “le Président (Macky Sall) est un Chef d’Etat méthodique”, et, on a “un Etat organisé”. Gestuelle en appui à son discours, Yakham Mbaye, bien belliqueux enfonce ! “Vous êtes dans l’extrapolation” lance-t-il à Bouba Ndour, qui suppose que sur plus de 10.000 enseignants, il peut y avoir au moins 200 positifs. Dans tous les cas, selon Dame Mbodj. Yakham a en vrai cité un communiqué (le traitement journalistique du communiqué en fait) dans lequel Dame Mbodj est cité, ce dernier préconisant le retour aux écoles des élèves…en ne précisant pas que ça concernant ceux en classe “d’examen”. La réponse de Monsieur Mbodj se faisant, Mbaye souligne :”je peux polémiquer avec toi”. Cacophonie. Et qu’importe…Yakham dit qu’il lisait le communiqué traité, qui ne contient apparemment pas l’expression “d’examen”. Encore, peu importe..

A Bouba Ndour de s’interroger : “Pourquoi toute cette précipitation”.



Moussa Seck – laviesenegalaise.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.