Lutte contre l’occupation anarchique à Dakar : Des chefs de garage relogés à Sébikotane

C’est la fin du calvaire pour les quelques 400 chefs de garage mécanique ballottés depuis des années entre plusieurs sites de Dakar. Dr Papa Amadou Ndiaye, ministre de l’Artisanat et de la transformation du secteur informel, a réceptionné jeudi, le nouveau site à eux dédié. «Nous, les 427 chefs de garage mécanique, sommes heureux de voir notre rêve d’avoir un site de réparation moderne être réalisé. On nous avait montré plusieurs sites mais celui-ci est le plus adapté à notre travail. Beau­coup d’argent y a été mis en termes de financements et nous remercions les autorités pour la diligence réservée au dossier», s’est réjoui Souley­mane Ciss, porte-parole des mécaniciens de l’Ancienne piste. «Nos difficultés tournaient autour du foncier, de la formalisation et du financement. Aujourd’hui le problème du foncier est réglé avec ce site», a-t-il dit affichant son optimisme pour les deux autres préoccupations pour lesquelles des assurances fermes ont été posées par les autorités.

Chacun des chefs de garage va recevoir dès la semaine prochaine, son bail à usage professionnel pour son im­plantation sur le site destiné, selon Serigne Bamba Yade, chef du projet, à combattre «l’occupation anarchique de la voie publique et le manque de sécurité des sites qu’occupent les mécaniciens».

Le ministre de l’Artisanat et de la transformation du secteur informel a promis l’accompagnement de son département pour assurer les meilleures com­modités au site à cheval entre les communes de Sébi­kotane et Diamniadio. «Il nous faudra en faire des espaces modernes pour que ce soit un exemple. Un espace avec des ateliers adaptés au travail de mécanique moderne», a insisté Papa Amadou Ndiaye. «On se rend compte qu’avec l’évolution de la technologie, la mécanique est de plus en plus digitalisée et il nous faut aujourd’hui des mécaniciens adaptés à ce niveau de compétence.
Pour ce faire, nous allons les accompagner. Nous sommes en contact avec la Der dans le cadre du Modern’art (la Modernisation de l’artisanat) pour trouver des financements afin que les mécaniciens puissent avoir des ateliers adaptés», a poursuivi Dr Ndiaye, appelant les communes qui abritent le site à s’investir davantage pour la bonne marche du site.

Les mécaniciens ont fait un plaidoyer, au vu de la proximité, pour que le marché de réparation des véhicules aux ministères implantés à Diamniadio leur revienne. Le site s’étend sur 10 hectares et sera doté, en plus des hangars, d’une brigade de gendarmerie et autres édifices à même d’en faire un lieu de travail sécurisé.

Nombre de Vues | 1,084 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.