L’opposition sénégalaise engage la résistance

L’opposition sénégalaise « engage la résistance’’ contre la loi portant modification du code électoral, note le quotidien L’Observateur, selon lequel les partis concernés tournent en même temps ’’le dos au dialogue politique’’.

Ces leaders de l’opposition, réunis au sein du Font de résistance national (FRN), du Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D, du Congrès de la renaissance démocratique (CRD) et de la Coalition Jotna, ’’comptent user de tous les moyens dont ils disposent pour faire respecter les termes du Dialogue national’’, indique ce journal.

Cette instance de concertation lancée par le pouvoir suite aux contestations de la présidentielle de 2019 a servi de cadre pour les discussions ayant abouti à de nouvelles modifications du code électoral consensuel de 1992.

L’Observateur, citant le député Cheikh Bamba Dièye, un des leaders de l’opposition, estime que le président Macky Sall ’’a utilisé les acteurs pour escroquer les Sénégalais’’.

« La fin des concertations sur la revue du code électoral a donné un goût d’inachevé’’, renchérit Déthié Faye, un autre responsable de l’opposition dont les propos sont également rapportés par le même journal.

’’Le président Macky Sall a saboté le travail qu’il a lui-même commandité. C’est la conviction de l’opposition qui engage la voie de la confrontation contre le régime sur le projet de code électoral’’, résume le journal Le quotidien.

’’L’opposition bande les muscles’’, titre L’Info sur le même sujet. ’’L’opposition déchire le code’’, non sans accuser ’’ouvertement le chef de l’Etat Macky Sall et de se déclarer prête à la confrontation’’, renchérit Sud Quotidien.

’’Très prochainement, les mots d’ordre seront annoncés’’, écrit Vox Populi citant un responsable de l’opposition demandant à ses sympathisants et militants ainsi qu’à ’’toutes les forces vives de la nation qui sont éprises de justice et de démocratie’’ de ’’se tenir prêts et à rester à l’écoute des leaders’’.

Wafquotidien parle des modifications du code électoral par le biais de sujets connexes dont le passage à l’élection du maire au suffrage universel direct.

Le journal constate que la majorité présidentielle est ’’menacée d’implosion’’ avec cette modification, ’’en raison des rivalités internes qui minent cette coalition hétéroclite’’.

 964 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.