Ageroute_Seneweb_1000x250px

Le Sénégal perd 24 places dans le classement mondial de la liberté de la presse

Le Sénégal perd 24 places dans le classement mondial de la liberté de la presse par rapport à l’année dernière. Notre pays occupe la 73e place sur 180 pays dans le nouveau classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.

Le classement mondial de la liberté de la presse édition 2022, est dominé par la Norvège, le Danemark et la Suède, dans un contexte marqué par « une double polarisation, amplifiée par le chaos informationnel : polarisation des médias entraînant des fractures à l’intérieur des pays et la polarisation entre les États sur le plan international ».

Les Seychelles, pays africain le mieux noté de ce classement, occupe la 13e place et est crédité d’une situation « plutôt bonne » en matière de liberté de la presse, de même que la Namibie (18e), l’Afrique du Sud (35e), le Cap-Vert (36e), la Côte d’Ivoire (37e), le Burkina Faso (41e), la Sierra-Léone (46e).PresseLa situation de la liberté de la presse est par contre jugée « problématique » en Gambie (50e), au Niger (59e), au Ghana (60e), à Maurice (64e) et au Kenya (69e), ainsi qu’au Sénégal, qui devance cependant au classement le Liberia (75e), le Malawi (80e), les Comores (83e), la Guinée (84e) et le Lesotho, à la 88e place d’un classement qui place dont la Corée du Nord est le dernier élève.

Reporters sans frontières souligne que plus généralement, la liberté de l’information « revêt plusieurs visages » en Afrique, « où coexistent à la fois la presse foisonnante du Sénégal (73e du Classement) ou d’Afrique du Sud (35e) et le silence assourdissant des médias privés en Érythrée (179e) ou à Djibouti (164e) ».

« Malgré une vague de libéralisation dans les années 1990, on assiste encore trop souvent à des pratiques arbitraires de censure, notamment sur Internet avec des coupures ponctuelles du réseau dans certains pays, des arrestations de journalistes et des atteintes violentes. Celles-ci se déroulent très souvent dans la plus grande impunité, comme l’illustre la disparition du journaliste malien Birama Touré en 2016, dont RSF a démontré qu’il avait été enlevé par les services de renseignement de son pays et probablement tué lors de sa détention au secret », peut-on lire.

« Ces dernières années, la multiplication de lois répressives criminalisant le journalisme en ligne est venue porter un nouveau coup au droit à l’information’’, avance analyse Reporters sans frontières, ONG de défense de la liberté de la presse.

Elle relève que dans le même temps, « la prolifération des rumeurs, de la propagande et de la désinformation a contribué à affaiblir le journalisme et l’accès à une information de qualité ». « Souvent peu soutenus d’un point de vue institutionnel et encore largement dépendants des diktats éditoriaux de leurs propriétaires, les médias africains peinent à développer des modèles soutenables et durables », fait observer l’ONG.

Le Développement des Médias d’opinion amplifié par les réseaux sociaux 
« Longtemps étouffés sous la dictature, des pays comme l’Angola (99e), le Zimbabwe (137e) ou l’Éthiopie (114e) ont connu une ouverture plus ou moins importante de leur espace médiatique mais, dans la plupart des cas, la répression des voix dissidentes demeure », note-t-elle, ajoutant que dans le Sahel, « l’insécurité et l’instabilité politique ont fortement progressé et le journalisme y est, ces derniers temps, attaqué de manière spectaculaire ».

Reporters sans frontières rappelle à cet effet qu’en 2021, deux journalistes espagnols ont été tués au Burkina Faso (41e). De même, le reporter français Olivier Dubois a été enlevé par un groupe armé au Mali (111e) et plusieurs journalistes ont été expulsés du Bénin (121e), du Mali ou du Burkina Faso.

De manière générale, fait-elle valoir, dans les sociétés démocratiques, « le développement de médias d’opinion sur le modèle de Fox News et la banalisation des circuits de désinformation, amplifiée par le fonctionnement des réseaux sociaux, provoquent un accroissement des clivages ».

« Sur le plan international, conclut Reporters sans frontières, l’asymétrie entre, d’une part, les sociétés ouvertes et, d’autre part, les régimes despotiques qui contrôlent leurs médias et leurs plateformes tout en menant des guerres de propagande, affaiblit les démocraties ».

La 20e édition du classement mondial de la liberté de la presse a été l’occasion, pour RSF, de faire évoluer sa méthodologie, en travaillant avec un comité de sept experts issus du monde universitaire et des médias.

Ce travail a permis de définir la liberté de la presse comme « la possibilité effective pour les journalistes, en tant qu’individus et en tant que collectifs, de sélectionner, produire et diffuser des informations dans l’intérêt général, indépendamment des interférences politiques, économiques, légales et sociales, et sans menaces pour leur sécurité physique et mentale ».

Il en résulte cinq nouveaux indicateurs qui structurent le classement et donnent une vision de la liberté de la presse dans sa complexité : contexte politique, cadre légal, contexte économique, contexte socioculturel et sécurité.
Avec APS

Nombre de Vues | 1,282 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.