Heurts à l’UCAD : Le front accouche 72 heures de « journée sans ticket »

Pour la libération de deux de leurs camarades détenus en prison et l’orientation des bacheliers non encore orientés, les étudiants de l’université Cheikh Anta Diop étaient en grève, ce mercredi. Ils ont décrété 72 heures de « journée sans ticket ».


L’avenue Cheikh Anta Diop a été, ce mercredi, le théâtre de violents affrontements entre étudiants et forces de l’ordre. Comme d’habitude, les étudiants ont très tôt barré la route et brûlé des pneus avant la descente des policiers. Ces derniers sont venus pour tenter de rétablir l’ordre et la circulation. Entre jets de pierres et tirs de grenades lacrymogènes, c’était une véritable intifada.

Les étudiants sont allés au front pour exiger la libération de deux de leurs camarades détenus en prison depuis les événements de début mars 2021 dans l’affaire dite Ousmane Sonko-Adji Sarr. En effet, les pensionaires du campus universitaire de Dakar dénoncent l’arrestation de Amadou Sow, coordonnateur de Frapp, section Ucad, et Amadou Oury Barry, coordonnateur de Frapp dans la zone de Koumpentoum et Koungheul. Selon les manifestants, leurs camarades ont été cueillis «injustement» dans leurs chambres respectives avant d’être livrés au commissariat de Point E. A en croire ces mêmes manifestants, la direction du Coud n’est pas étrangère aux arrestations de leurs camardes. «Nos deux camarades étaient livrés à la Police de Point E par la sécurité du Coud », accuse un gréviste. Il faut souligner que les deux mis en cause sont placés sous mandat de dépôt après une information judiciaire pour association de malfaiteurs, tentative d’incendie volontaire et tentative de troubles à l’ordre public

Interpelée, la direction du Coud balaie d’un revers de la main. Selon, Khalifa Diagne, Directeur adjoint, le centre des œuvres universitaires de Dakar œuvre dans le social. Par conséquent, il ne peut pas livrer les étudiants aux policiers. Monsieur Diagne soutient que «nul ne peut imaginer les médiations dans l’ombre que le Coud fait à l’endroit des étudiants à chaque fois que ces derniers ont maille à partir avec la justice». La direction du Coud s’engage à s’ouvrir avec les autorités pour une issue heureuse de la situation. Le Directeur adjoint du Coud a aussi promis que la Direction va discuter avec les manifestants pour le retour de la paix.

Ils ont également évoqué l’orientation des bacheliers non encore affectés dans les universités.  Très remontés, ils préviennent que la lutte va se poursuivre jusqu’à la libération de leurs camarades. D’ailleurs, 72 heures de « Journée sans ticket » ont été décrétées au niveau de tous les restaurants que compte le campus universitaire de Dakar.

  ♦ Abou Kane Dia – laviesenegalaise.com

 1,534 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.