Babacar Ngom de Sedima ne compte pas rendre le terrain litigieux aux habitants de Ndengler

Babacar Ngom ne compte bouger d’un iota dans l’affaire du terrain litigieux l’opposant aux populations de Ndengler. En conférence de Presse, ce jeudi, il est revenu sur cette affaire, pour dit-il “éclairer la lanterne des Sénégalais”.

Babacar Ngom n’est pas prêt à rendre le foncier objet du litige aux populations de Ndengler. Il l’a fait savoir lors de sa conférence e presse ce jeudi. Le Pdg de Sedima affiche un espoir pour un dénouement heureux de cette affaire, avec la médiation entamée par le Ministre de l’Urbanisme, Abdou Karim Fofana.
Poursuivant, il ajoute : Le ministre Abdou Karim Fofana est allé à Ndengler, à Djilakh, à la ferme de Sédima. Il a même convié des réunions chez lui dans une bonne atmosphère. Il a eu une idée de solution sur laquelle on a discuté et nous avançons. Mais certains sont encore venus pour tout torpiller. Nous voulons qu’une solution soit trouvée. De plus, ceci n’est pas un problème. C’est eux qui en ont fait un problème. Mais on pouvait ne pas en arriver là.»
Cependant, fustige-il, “dès qu’on s’approche d’une solution, certains essaient de tout torpiller. Ils ne veulent pas qu’il y ait solution”, a-t-il indiqué face à la presse.

Par ailleurs, Babacar Ngom dit être entre le marteau et l’enclume. « Si c’était uniquement la terre, il n’y aura pas de polémique. On m’a demandé de prendre 1 000 ha en Casamance. Ce n’est pas un problème de terre, mais de vérité. C’est une question de légalité et de légitimité et nous avons les deux à la fois », a-t-il dit.
Et pour cette raison, il est prêt à aller jusqu’au bout. Actuellement, révèle Monsieur Ngom : « Chaque 15 jours, je paye 7 à 8 millions pour avoir la Gendarmerie. C’est elle qui est là-bas. Peut-être que je serais tué, mais j’irai là-bas », déclare Ngom qui précise toutefois avoir demandé aux hommes qu’il a placés là-bas d’éviter la confrontation.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.