Quelle est la situation du Bitcoin au Sénégal ?

Le bitcoin franchit la barre des 40.000 dollars | Les Echos

On parle beaucoup des problèmes de paiement en Afrique. A titre d’exemple, le service de paiement PayPal reste encore inaccessible dans de nombreux pays africains. Mais qu’en est-il du Sénégal et de la crypto-monnaie Bitcoin ? Peut-on détenir, acheter et échanger du Bitcoin librement au Sénégal ? C’est ce que nous allons décrypter tout au long de cet article !

Le Bitcoin : une monnaie internationale

Si l’on ne voyait pas trop l’intérêt de la crypto-monnaie (ou monnaie virtuelle) Bitcoin lors de sa création en 2009, son créateur (ou ses créateurs) voyait déjà en grand. L’intérêt du célèbre Satoshi Nakamoto, dont la véritable identité reste toujours inconnue, lors de la création du Bitcoin est de créer une monnaie décentralisée. Comment ça ?

Le système monétaire classique qu’on connaît est encadré par un ensemble de banques. Ainsi, l’utilisation de la monnaie fiduciaire en elle-même est encadrée. On parle alors d’une centralisation qui nécessite l’intervention et l’accord d’un organisme central pour chaque action (échange, transfert, création de nouveaux billets, etc.).

Dans le cadre du Bitcoin, il n’y a aucun organisme central comme intermédiaire. Les achats et transferts en tout genre, comme sur le blog du casino Bitcoin, se font en l’absence de centralisation, ce qui fait de cette crypto-monnaie une monnaie plus libre.

Mais comme il n’a pas d’organisme central d’encadrement, le Bitcoin n’a pas également de frontière. Cette monnaie est accessible partout dans le monde, ce qui nous emmène à la situation actuelle du Bitcoin au Sénégal.

Le Sénégal : l’instigateur de la crypto-monnaie en Afrique

Comme nous l’avons vu juste avant, le Bitcoin est donc une monnaie internationale qui peut être accessible partout dans le monde. Ainsi, depuis sa création en 2009, nombreux sont ceux qui ont possédé et utilisé du Bitcoin au Sénégal. Il n’y a rien d’illégal puisqu’aucune loi n’interdit la détention de cette crypto-monnaie. Toutefois, si les commerçants et fournisseurs de services refusent de se faire payer en crypto-monnaie, détenir des Bitcoins ne sert à rien.

C’est alors qu’en 2016 (en décembre 2016 pour être précis), le Sénégal a changé la donne en devenant l’instigateur de la crypto-monnaie en Afrique. Pour ce faire, le pays a décidé de lancer la monnaie numérique nationale qu’on connaît désormais sous l’appellation eCFA.

La eCFA est une crypto-monnaie au même titre que le Bitcoin, mais à l’échelle nationale. Si elle ne sert pas à grand-chose au-delà de la frontière sénégalaise, elle permet de faciliter les échanges de Bitcoin dans le pays. C’est aussi le cas pour l’Ethereum ou le Litecoin.

Le Bitcoin : en libre accès au Sénégal

Ainsi, depuis 2016, année à laquelle la eCFA a été créée, le Bitcoin est en libre échange au Sénégal. Il n’est pas seulement possible d’en détenir, mais aussi de faire des achats ou, du moins, d’échanger les Bitcoins contre des eCFA pour pouvoir payer librement.

Pour répondre à la question de la situation du Bitcoin au Sénégal, on peut donc dire que c’est un marché qui se porte très bien. Le Sénégal est même plus avancé que certains pays européens dont la France en matière de crypto-monnaie. Ce pays africain a sa propre monnaie virtuelle nationale, ce qui n’est pas le cas de la plupart des pays européens.

Nombre de Vues | 2,074 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.