Ousmane Sonko invite la France à « rester en dehors des affaires intérieures du Sénégal »

L’opposant politique Ousmane Sonko qui s’impose de plus en plus comme le principal challenger de Macky Sall tire sur tout. Le régime, la presse, sans rater la France, Sonko pointe du doigt accusateur.

Après la manifestation interdite de vendredi dernier, «maîtrisée» par les forces de défense et de sécurité, Ousmane Sonko a fait une déclaration le soir. Il invite la France à « restez en dehors de nos affaires intérieures ». C’est avec insistance que Ousmane sonko, a répété cette phrase s’adressant à la France. Le leader du Pastef a, lors de sa déclaration invité la France de se démarquer des affaires intérieures de l’Afrique et du Sénégal en particulier.

« L’époque est révolue où il fallait placer ici un préfet tout puissant, l’armer, lui donner tous les moyens pour réprimer son peuple, fermer les yeux sur tout ce qu’il fait dès lors qu’il satisfait à vos intérêts et notamment à ceux de vos entreprises et de vos multinationales. »

« Cette époque est révolue. Pour votre bien et pour le notre nous vous demandons de rester en dehors de nos affaires intérieures », a demandé Ousmane Sonko à la France.

Le leader de Pastef s’adressant aux dirigeants français sur la conception qu’ils ont de l’Afrique, avertit : « Le stéréotype de l’Afrique que vous avez, est révolu et dépassé. Vous avez en face de vous des peuples décomplexés, des leaders décomplexés, une jeunesse décomplexée qui a les mêmes soifs de liberté, de progrès, de démocratie, de développement que vos propres peuples et ils ne pourront jamais plus accepter la domination sous quelque forme que ce soit. Ils ne pourront plus accepter l’exploitation sous quelque forme que ce soit. Restez en dehors de nos affaires intérieures ».

Revenant sur la manifestation interdite, bravée par ses partisans, Sonko dénonce : «Macky Sall qui essaie de se tailler un costume international de démocrate détient présentement plusieurs otages politiques, notamment deux députés, deux maires, plusieurs éléments de ma garde rapprochée, des militants arrêtés et acheminés vers des destinations jusque-là inconnues».

À l’en croire, ce qui a débuté, c’est la lutte contre une 3e candidature de Macky Sall, et cette lutte ne prendra fin que lorsqu’il quittera le pouvoir à la fin de son second et dernier mandat. “Les manifestations étaient destinées à affirmer la liberté de manifester”, précise l’opposant au régime.

Ousmane Sonko s’est également adressé aux professionnels des médias. «Je dénonce toute attaque contre la presse. Cependant, nous appelons la presse à beaucoup plus de responsabilités. Elle doit refuser d’être utilisée comme l’a été la radio Mille collines (radio privée au Rwanda)», a dit Ousmane Sonko.

Poursuivant, il ajoute : «Est-ce trop que de demander à la presse sénégalaise de relever le niveau du débat au lieu de diffuser haine et attaque contre la vie privée, etc.? La presse doit être un vivier de débats d’idées sur l’agriculture, la pêche, l’éducation, les ressources, le chômage, etc».

En réponse, à cette interpellation, plusieurs journalistes ont répondu à l’opposant politique. Parmi eux, le célèbre chroniqueur, Mamoudou Ibra Kane. Il invite l’opposant politique à son émission hebdomadaire « Jury du Dimanche ». “Monsieur Sonko, totalement d’accord avec vous que la presse doit ‘relever le niveau du débat’ et ‘éviter de diffuser haine et attaque contre la vie privée…’ Je vous invite à l’émission Jury du Dimanche ou un entretien spécial sur les sujets de développement mentionnés”, a régi le journaliste du groupe Emedia Investi.

Nombre de Vues | 902 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.