Les prévisions du CILSS sur la saison des pluies au Sénégal en 2021

«Des quantités pluviométriques globalement équivalentes ou inférieures aux moyennes prévues», selon le Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS).

Le Secrétariat exécutif du Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS) dans une déclaration sur la « situation alimentaire et nutritionnelle 2020-2021 et les prévisions saisonnières agro-hydro-climatiques pour les pays de la zone soudano-sahélienne pour la période 2021-2022 », annonce des quantités pluviométriques globalement équivalentes ou inférieures aux moyennes prévues au Sénégal. Il est attendu une saison de pluies 2021 globalement humide avec des cumuls de pluie supérieurs ou équivalents à la moyenne sur la bande sahélienne allant du Centre-Ouest du Mali au Tchad, en passant par le Niger et le Burkina Faso et soudanienne couvrant les parties Nord du Nigeria, du Bénin, du Togo, de la Côte d’Ivoire et l’extrême Nord-est de la Guinée, révèle un document.
Par contre, les zones littorales de la Mauritanie, du Sénégal, de la Gambie, de la Guinée-Bissau, de la Guinée, du Nord Sierra Léone, de l’Est Libéria, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Togo, du Bénin, du Nigéria et du Cameroun pourraient enregistrer des quantités pluviométriques globalement équivalentes ou inférieures aux moyennes, ajoute la même source.
Il est prévu aussi des dates de début de saison de pluies précoces sur la bande sahélienne, allant du centre-Ouest du Mali au Tchad, ainsi qu’aux parties Nord des pays du Golfe de Guinée. Toutefois, dans les zones couvrant l’extrême Sud Sénégal, la Guinée- Bissau, la Guinée, l’ouest du Mali il est probable d’observer des dates de début de saison normales ou tardives, peut-on lire sur le texte. Des dates de fin de saison globalement tardives à normales sont attendues sur presque toutes les bandes sahéliennes et soudanaises et des séquences sèches, longues à moyennes sont attendues en début de saison sur l’Est et le Nord du Sahel. Par contre, renseigne le texte, sur le Burkina Faso, la partie Ouest du Niger, le Sud Mali, les parties Nord du Bénin, du Togo, du Ghana, de la Côte d’Ivoire de la Guinée, les séquences sèches longues et courtes ont la même chance d’être observées.
Des écoulements supérieurs ou équivalents aux moyennes sont attendus dans les bassins ci après : Niger, Sénégal, Gambie, Volta, Chari, Logone, Komadougou-Yobé, Bandama, Comoé, Ouémé, Mono et Oti. Quant aux bassins du Sassandra, du Cavally, du Mano, de Saint Paul, de Saint
John et de Lofa au Libéria, ils devraient enregistrer des écoulements globalement moyens à tendance déficitaire.

 1,126 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.