Abdoul Mbaye leader de ACT : «Qui croit que cette résistance va s’arrêter après le vote de la loi se trompe»

L’opposition avait promis de faire un 23 juin bis ce 19 avril 2018. Hier, la montagne a finalement accouché d’une souris. Aucun manifestant n’a pu accéder aux grilles de l’Assemblée nationale. Le centre-ville a été sous le contrôle des Forces de l’ordre. Plusieurs personnes dont des leaders de l’opposition comme Idrissa Seck, Malick Gakou, Thierno Bocoum et Thierno Alassane Sall ont été interpellées. Abdoul Mbaye, leader de l’ACT (l’Alliance pour la citoyenneté et le travail) quant à lui a fuit les grenades lacrymogènes(voir image). A en croire à l’ancien Premier Ministre de Macky Sall, celui «Qui croit que cette résistance va s’arrêter après le vote de la loi se trompe».

«Ce que nous craignions s’est produit. Aujourd’hui, personne ne doit penser que les choses vont s’en tenir là. Vous avez tous remarqué qu’il ne s’agit pas d’une manifestation de la Place Soweto comme ce fut le cas le 23 juin 2011. C’est l’ensemble du pays qui est concerné. Aujourd’hui, partout au Sénégal, il y a des Place Soweto. Qui croit que ce mouvement de résistance va s’arrêter après le vote de la loi se trompe. Cette résistance nationale a la caractéristique d’être spontanée. Avant de quitter le pays, Macky Sall a donné des consignes claires. On en a vu aujourd’hui les conséquences. Plus de 100 personnes ont été arrêtées dont des leaders. Je pense notamment au président Idrissa Seck, à Kilifeu du mouvement Y’en a marre et bien d’autres. Plusieurs dizaines de blessés ont été identifiés, l’hôpital Abass Ndao a été gazé au point de devoir être évacué. Et il faut souligner que Macky Sall avait montré la voie en réprimant sauvagement une manifestation pacifique d’enseignants.»

 4 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.