Les chiffres des cas de viol recensés en 2021 par l’association des juristes du Sénégal

L’association des juristes du Sénégal a recensé 263 cas de viol en 2021. Ce, malgré la loi criminalisant le viol. Le phénomène prend donc toujours de l’ampleur, même si on note une légère baisse des cas (27) comparé à l’année 2020.

L’association des juristes du Sénégal a organisé, ce mercredi, un atelier d’échanges avec les magistrats, les avocats, commissaires de Police et de commandants de Gendarmerie sur les stratégies de vulgarisation de la loi criminalisant le viol et la pédophilie au Sénégal. Selon les femmes juristes, la recrudescence des violences sur toutes leurs formes a pris une ampleur inquiétante au Sénégal ces dernières années. L’Association des Juristes Sénégalaises dispose de données statistiques concernant ces formes de violences.

De Janvier à Novembre 2019, les huit (8) Boutiques de Droit de l’AJS ont enregistré 1229 cas de violences perpétrées sur des femmes, des filles et des garçons. Les cas de viol, constituent une partie importante des dossiers traités et suivis au niveau des Boutiques de droit en raison de la prise en charge holistique disponible gratuitement, s’élevaient à 290 cas en 2020, pour l’année 2021, 263 cas ont été enregistrés par les huit Boutiques de l’AJS.

Dans un document remis à la presse, il est indiqué que la prise en charge médicale et psychologique est souvent pour la plupart par un système de référencement issu de partenariat avec les structures de santé et de prise en charge psychologique. Il est à souligner que la tranche d’âge particulièrement touchée par cette forme violence est celle comprise entre 11et 20 ans.

Revenant sur la loi criminalisant le viol et la pédophilie au Sénégal, l’Ajs rappelle que l’année 2019 est marquée par un bilan assez alarmant des cas de viol suivi parfois de meurtre. Cette série d’agressions à caractère sexuel commis sur la personne des femmes et des filles avait heurté la sensibilité de toute la communauté. C’est sur ces entrefaites que les organisations de la société civile se sont réunies autour du collectif afin d’exiger que le viol soit puni sévèrement, d’autant plus que même le vol du bétail est criminalisé au Sénégal. Le plaidoyer du collectif reposait de façon explicite sur l’adoption d’une loi criminalisant le viol et la pédophilie.

Pour mémoire, le Président de la République a manifesté son entière adhésion à cette noble cause. C’est ainsi que le Ministère de la justice a été instruit d’élaborer un projet de loi visant à criminaliser le viol et la pédophilie Le projet a été adopté lors de la réunion du Conseil des Ministres du 27 novembre 2019. Il s’en est suivi son adoption à l’unanimité, le 30 Décembre 2019 par l’Assemblée nationale. Ce texte, modifiant la loi n°65-60 du 21 Juillet 1960 portant code pénal vise notamment à durcir la répression du viol et de la pédophilie, avec des sanctions pouvant allez jusqu’à la réclusion criminelle à perpétuité. En plus des innovations apportées par la loi de 29 janvier 1999 modifiant quelques dispositions du code pénal, la loi 2020-05 du 10 janvier 2020 criminalisant le viol et la pédophilie constitue une avancée majeure dans la protection des droits des femmes et des enfants au Sénégal.

L’AJS dans l’exercice de ses missions de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants, a jugé opportun de vulgariser la loi criminalisant le viol et la pédophilie pour une meilleure appropriation.
A cet effet l’AJS avec l’appui financier du Fonds Africain pour le Développement de la Femme (A WDF), a organisé cet atelier dont les résultats attendus sont d’avoir des stratégies de vulgarisation de la loi criminalisant le viol et la pédophilie, des recommandations pour une application effective de la loi dans toute sa rigueur sont formulés.

Cheikh Moussa SARR

Nombre de Vues | 1,074 Fois |

Source Avec Emedia
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.