L’unique forage de la commune de Salémata est en panne

En cette période de lutte contre la COVID-19, l’unique forage de la commune de Salémata est en panne depuis plus d’une semaine privant du coup d’eau potable à plus de six cents ménages.


Dans la commune de Salémata située dans le département du même nom, à quelques 85 Km de la commune de Kédougou, ce sont des milliers d’âmes assoiffées et déboussolées qui sont dans le désarroi. Et pour cause, depuis plus d’une semaine, l’eau ne coule plus dans cette partie ouest de la région de Kédougou à cause d’une panne du forage. La pompe électronique qui facilite la remontée de l’eau serait grillée à cause d’un court circuit, nous confie le maire de Salémata.

L’édile de la ville, Kamissa Camara se désole d’une telle situation que vivent ses administrés en cette période de forte canicule mais aussi et surtout de lutte contre la COVID-19 où le besoin en eau est croissant. Cependant, informe-t-il « des mesures sont en train d’être prises pour juguler le mal ».

Joint par téléphone, le président de l’association des usagers de forages de Salémata, Lamine Bâ reconnait l’existence de la panne mais rassure : « la pièce a été commandée à Dakar. Mais avec la distance et les problèmes liés à la circulation, vous comprenez aisément le retard noté dans l’acheminement de cette pièce jusqu’à Salémata ».

Moussa Diallo, un autre habitant de la localité de renchérir : « C’est le puits même qui serait endommagé », dit-il, avant de faire remarquer que les habitants vont devoir rester encore des semaines sans eau.

D’ailleurs, poursuit-t-il, pour décanter cette situation, il faudrait faire venir une équipe technique de Tambacounda pour remettre cette pompe électrique en marche. Ce qui veut dire que le retour à la normale va prendre encore du temps.

« Les autorités doivent s’atteler à nous trouver des citernes qui vont alimenter les populations en eau potable en attendant que la situation se décante. Les populations sont fatiguées et meurtries », fulmine notre interlocuteur.

En attendant, les populations squattent les quelques rares puits de la commune de Salémata à la recherche de l’eau dont la potabilité est douteuse.



  • D. Ibrahima Diébakhaté

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.