Sommet de la Cédéao : Les sanctions sont maintenues l’encontre du Mali, ultimatums pour le Burkina Faso et la Guinée

Le Sommet extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO s’est tenu hier, vendredi 25 mars à Accra. Au menu, la situation au Mali, en Guinée et au Burkina Faso.

Les chefs d’États de la Cédéao étaient réunis à Accra au Ghana, vendredi 25 mars, pour un nouveau sommet extraordinaire à huis clos. Ils ont examiné la situation au Mali, au Burkina Faso et en Guinée, trois pays théâtres de coups d’État militaires. Les sanctions sont maintenues l’encontre du Mali, tandis que le Burkina Faso et la Guinée se voient fixés des ultimatums.

Les dirigeants de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), réunis à Accra, ont décidé de maintenir les sanctions imposées au Mali. Ils demandent de nouveau une transition de 12 à 16 mois supplémentaires pour permettre une levée progressive des sanctions. Il y a environ une semaine, le médiateur de la Cédéao dans la crise malienne, l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, a quitté Bamako sans être parvenu à un accord avec les autorités maliennes sur un calendrier pour la tenue d’élections.

Concernant la Guinée, l’organisation sous-régionale donne un délai d’un mois, soit jusqu’au 25 avril prochain, pour que soit présenté un calendrier « acceptable » pour la transition. La Cédéao prévient que le pays fera face à des sanctions si ce délai n’est pas respecté.

Menace de sanctions, également, si l’ancien président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, n’est pas libéré de sa résidence surveillée d’ici jeudi prochain, le 31 mars. Les dirigeants de la Cédéao souhaitent également que soit réduite la durée de la transition. Celle-ci est fixée, pour le moment, à 36 mois.

Nombre de Vues | 1,336 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.