Serigne Saliou Mbacké, une vie de dévotion et de détachement aux affaires mondaines

Serigne Saliou Mbacké est l’incarnation de la sagesse et de l’humilité, mais aussi le culte du travail. En prélude à la célébration du 18 Safar, une pensée à cet grande figure emblématique du mouridisme.

C‘est à Diourbel que Serigne Saliou est venu au monde, le 22 septembre 1915. Le cinquième Khalife des Mourides a mémorisé le Coran auprès de son oncle maternel Serigne Alassane Diakhaté. Dès son accession aux fonctions de Khalife en 1990, après le bref magistère de Serigne Abdou Khadr, Serigne Saliou prend les rênes du Khalifa. A l’instar de son père, Serigne Saliou affiche sa détermination dans le sens de la défense de l’Islam et l’héritage de Cheikh Ahmadou Bamba. Selon Le Soleil Digital, la vie de Cheikh Saliou a été surtout associée à des moments d’ascétisme, d’actes de dévotion, de détachement aux affaires mondaines et surtout au culte du travail. Sous son magistère, il développa d’importants projets agricoles, des enseignements religieux. Il entreprit les travaux de rénovation de la mosquée de Touba et poursuivit avec succès les travaux déjà entamés par son prédécesseur, Abdoul Ahad Mbacké. Il a été rappelé à Dieu en 2007.Serigne Saliou Mbacké, une vie de dévotion et de détachement aux affaires mondaines

 150 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.