Ageroute_Seneweb_1000x250px

Référendum – Installation des comités électoraux à Matam : L’APR au bord de l’implosion, Mody Sy met en garde Farba Ngom

Le référendum prévu à la date du 20 Mars risque d’être un véritable champ de bataille entre les partisans du « Oui » contre ceux du « Non », mais aussi entre alliés de même parti par le fait des tendances politico-politiciennes.

A Matam, ce qui se dessine à moins d’une semaine de l’ouverture de la campagne porte à croire que l’APR va vers l’implosion, même si certains leaders sont confiants d’une victoire pour le « Oui ». Une véritable guerre des chaises est en perspective

L’après midi du lundi, au moment où le chef de fil de l’alliance pour la République réunissait ses troupes au grand théâtre pour les armer d’aller  au front contre l’opposition, à Matam (Commune), le Président du Conseil d’administration de la SONES et responsable de l’APR, M. Mody Sy  s’adressant à la presse a exprimé ses vivent inquiétudes face aux agissements de certains responsables de leur formation.

Selon le PCA de la SONES, la manière dont procède Farba Ngom et ses compagnons n’honore pas leur parti. Il estime que leur comportement d’ingérence dans la politique des autres localités pourrait défavoriser l’APR à Matam. Il invite le maire des Agnam à rester dans sa localité.

En somme, que chacun reste chez soi, gagne chez lui, le parti gagne partout et les vaches seront bien gardées.

Parlant de l’installation des comités électoraux, Mody Sy se désole, «  tout se passe dans la confusion ». On ne sait pas qui est qui ou qui fait quoi.

Mody Sy qui se définit comme coordonnateur de l’APR dans la commune de Matam,  fustige certains comportement et appelle à l’unité et au travail pour l’intérêt commun.

D’ailleurs, récemment reçu au palais par le chef de l’Etat avec d’autres responsables de Matam, Mody Sy confie, Macky m’a dit « Mody, vous êtes le doyen de l’APR et doyen  à Matam, faites tout pour vous entendre avec les autres ».

En réponse à Macky Sall, Mody Sy raconte, « je lui ai dit, Monsieur le président, nous voulons bien, mais il y a un élément qui nous empêche de travailler et cet élément n’est personne d’autre que  Farba Ngom. Qu’il reste dans son « Bosséa », nous n’accepterons plus qu’il vienne à Matam faire de la politique, il n’a qu’à resté dans sa case ».

« Si demain on venait de perdre des élections à Matam, c’est nous qui en pâtirons et Macky ne mérite pas ça », ajoute le PCA Mody Sy.

Monsieur Sy s’exprimait en marge d’une mobilisation du mouvement citoyen « Matam Avant Tout » qui organisait une conférence de sensibilisation sur les opportunités du Plan Sénégal Emergent (PSE) pour la région de Matam.

La Rédaction – LVS.SN

Nombre de Vues | 488 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.