Ageroute_Seneweb_1000x250px

Macky Sall refuse l’immatriculation des terres au nom des collectivités locales

Le chef de l’Etat Macky Sall a recommandé jeudi à Dakar, la prudence sur question de la réforme foncière, en excluant d’ores et déjà toute immatriculation des terres au nom des collectivités pour éviter tout risque de bradage du patrimoine foncier.

’’En tous cas, je recommande la prudence. Je ne serai pas du tout favorable, je le dis ici clairement à ce que les terres soient immatriculées au nom des collectivités locales. Ça c’est exclu, parce qu’on sait la conséquence immédiate », a-t-il dit.

« En moins de deux mois tout sera terminé, il n’y aura aucune terre
dans le pays », a expliqué le président Sall lors de la séance académique solennelle 2016 de l’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (ANSTS) sur le foncier.

A cette occasion, l’institution académique a présenté le rapport d’une étude sur « Le foncier au Sénégal : état des lieux et perspectives pour la modernisation de l’agriculture ».

Macky Sall avait soumis, lors de la précédente session, aux membres de l’institution académique des sujets de réflexion sur le programme de renforcement des capacités des élèves des classes de terminales scientifiques en mathématiques et en sciences.

Les autres sujets portent sur la stratégie de rooming dans l’espace
de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et sur les huiles et gaz schistes du système pétrolier sénégalais.

Commentant les résultats de ces sujets, le chef de l’Etat a insisté sur la prudence, en annonçant que la Commission nationale de réforme foncière (CNRF) a presque terminé ses travaux.

« Dans cette perspective, je me suis engagé à faire l’étude (sur la réforme foncière).Mais, ce que j’ai retenu de ce que vous avez dit c’est la prudence et se donner le temps », a indiqué Macky Sall.

« Toute erreur peut être fatale pour le pays. Quand on voit ce qui
s’est passé, il y a quelques années (les spoliations de terres). D’ici jusqu’aux terres du Waalo, tout a été vendu », a averti le chef de l’Etat.

D’après lui, « on ne peut pas s’engager dans une dynamique où on va immatriculer les terres qui appartiennent au domaine national(…) ».

« Comment peut-on donner ces terres à des collectivités où les gens
sont élus pour un mandat. Ils vont vendre ces terres à des compagnies internationales », a estimé le chef de l’Etat.

« Si le Sénégal se retrouve d’ici quelques années un peu comme le Zimbabwe d’avant, sans terres puisque tout aura été vendu (…) », a ajouté Macky Sall.

Le chef de l’Etat a préconisé la prudence sur les pouvoirs à donner
ou à transférer aux collectivités locales dans le cadre de la réforme foncière.

« Il faut que nous donnions la terre pour un usage en définissant la forme juridique (bail, etc.) », a retenu le président Sall.

Macky Sall a soutenu que l’implication des collectivités locales
dans les affectations de terres est « une donnée essentielle » en vue de donner une valeur ajoutée au patrimoine foncier du terroir.

ASB/PON – APS

Nombre de Vues | 352 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.