Macky Sall salue un accord de paix et de dépôt des armes signé entre l’Etat et le MFDC

Un accord de paix et de dépôt des armes a été signé ce jeudi entre l’Etat du Sénégal et le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC). Macky Sall s’en félicite.

Sur son compte officiel Twitter, le président Sall salue l’accord. “Je salue l’Accord de paix et de dépôt des armes signé ce 4 août à Bissau entre le Sénégal et le Comité Provisoire des Ailes politiques et combattantes du MFDC. Je reste engagé pour la consolidation de la paix durable en Casamance”, a-t-il écrit. Macky Sall a également remercié son homologue bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embaló “pour sa médiation”.

Depuis 1982, la Casamance, région du sud du Sénégal, est l’objet d’une revendication indépendantiste formulée par le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) et à laquelle s’oppose l’Etat sénégalais.

En mars 2022, l’armée a mené une opération pour démanteler les dernières bases du Mouvement des forces démocratiques de Casamance. Ainsi, « les Armées ont totalement détruit ou occupé les bases de Bakingaye, Djilanfale, Guikess, Katama, Katinoro, Karounor, Tampindo/Kanfounda et Younor ». C’est le bilan qui avait été dressé par l’armée, dix jours après les opérations de « démantèlement » des bases du MFDC, tenues par les hommes de Salif Sadio et situées le long de la frontière avec la Gambie. Cette offensive de l’armée était consécutive à la perte de quatre de ses soldats, deux mois auparavant lors d’une attaque perpétrée par les hommes de Salif Sadio contre un convoi de la mission de la Communauté économiques des Etas de l’Afrique de l’Ouest en Gambie (Ecomig) en patrouille dans la zone frontalière avec le Sénégal. Sept autres soldats ont été faits prisonniers pendant plusieurs jours avant d’être libérés le 14 février 2022, suite à une médiation de la communauté catholique Sant’Egidio.
En janvier 2017, le MFDC a perdu un de ses principaux soutiens, l’ancien président gambien, Yahya Jammeh, battu à l’élection présidentielle par Adama Barrow (réélu en décembre 2021). M. Jammeh avait été contraint par la Cedeao à s’exiler en Guinée-Equatoriale.

Arrivé au pouvoir en février 2020 en Guinée Bissau, Umaro Sissoco Embalo très proche du président Macky Sall, a signé des accords de défense avec le Sénégal pour une gestion concertée de la frontière commune où s’est établie depuis plusieurs années le MFDC.

Depuis 1992, le MFDC nourrit et contrôle le trafic de bois et de chanvre indien, de cannabis au niveau de la frontière gambienne et bissau-guinéenne, selon le Gorée Institute, Centre pour la démocratie, le développement et la culture en Afrique.

« Avec des pouvoirs amis à Banjul et Bissau (…) », le Sénégal tient ici « une chance unique pour régler sa crise nationale la plus grave », avait soutenu l’analyste politique, Yoro Dia dans une publication.

Depuis l’éclatement du conflit, l’Etat du Sénégal et le MFDC ont signé plusieurs accords de paix, mais des accords rompus à chaque fois par ceux qu’on appelait « l’aile dure » du MFDC, installant ainsi toute la région dans une situation de ni-guerre ni paix.

 

Nombre de Vues | 1,256 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.