Contrats Pétroliers au Sénégal: Le Premier Ministre Dionne contredit Sonko et menace de traduire l’inspecteur en justice

Le Premier ministre, Mohamed Dionne, a précisé ce mardi, que dans l’opération de cessation de titres entre Timis et Kosmos Energy, il s’agissait d’un transfert d’engagements. C’est pourquoi, aucune taxe n’était exigible, contrairement à ce qu’a affirmé Ousmane Sonko, le leader du Pastef.

«Pas de chèque venant de Kosmos vers Timis »

«Timis a contacté le marché et Kosmos a répondu. Timis cède ses droits et ses devoirs, qui sont des engagements de travaux, à Kosmos. Kosmos s’est engagé avec l’Etat du Sénégal son obligation de travaux à 250 millions de dollars, contrairement aux 100 millions de dollars conclus avec Timis Corporation», a-t-il expliqué, face à la presse ce mardi. Et d’ajouter : «Mais Kosmos qui investit 250 millions de dollars pour faire deux puits supplémentaires pour étendre ses recherches sur 7000 km² en sismique 3d, avec un bateau coutant 1 million de dollars par jour,  il ne  va pas le faire  pour l’Etat, Petrosen et  Timis. Kosmos ne le fait pas gratuitement.

En contrepartie, sur les 90% de droits que détenaient Timis sur le site, Timis lui a cédé les 60% sans contrepartie financière. Il n’y a pas de chèque venant de Kosmos vers Timis. Ce sont des obligations de travaux, des investissements que Kosmos va faire pour 250 millions de dollars. Et c’est cela qui  existe. C’est une plus-value qu’on taxe, mais pas un engagement de travail. Ce sont des engagements de travaux qui ont été cédés », a indiqué le chef du gouvernement.

Mohamed Dionne menace de traduire Sonko en justice

« Nous ne l’accepterons plus », a tonné le chef du gouvernement, Mohamed Dionne qui a fait face à la presse il y a quelques instants sur l’affaire Petro -Tim. Une longue intervention radiodiffusée qui fait suite aux révélations successives de l’ex-inspecteur des impôts, Ousmane Sonko.

Après avoir démenti les différentes sorties de Sonko sur ce dossier, le Pm de renvoyer à loi sur la diffusion de fausses nouvelles. Ainsi a-t-il ouvertement menacé de traduire en justice quiconque s’improvise à donner de « fausses nouvelles » sur Petrotim ou autre.

Seneweb

 22 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.