Voici les deux députés cités dans l’affaire de trafic de passeports

L’affaire de trafic de passeports au Sénégal risque de secouer la République. Deux députés, deux députés en l’occurence Boubacar Biaye et Mamadou Sall sont cités dans cette affaire de trafic des passeports diplomatiques sénégalais.


Après plusieurs alertes des services étrangers, le président Macky Sall avait instruit le ministère de l’intérieur de faire toute la lumière sur des allégations relatives à un vaste trafic de passeports diplomatiques dont les tenants seraient des gens du pouvoir, des personnes « influentes » mais aussi de la société civile.
Ainsi, des enquêtes ont été ouvertes, en même temps, les formats des passeports diplomatiques avaient été changés pour remettre de l’ordre et rendre toute sa crédibilité à ce précieux document. Depuis lors, la division des investigations criminelles (Dic) piochait.

Selon le journal Liberation, l’ancien président de l’assemblée nationale, Mamadou Seck, a été discrètement entendu en premier, il y’a quelques mois parce que son nom avait été cité dans une nébuleuse demande d’octroi de passeports diplomatiques. Mais, il a assuré aux enquêteurs que son nom et sa signature ont été usurpés. Le dossier est toujours en cours. Courant décembre 2020, la Dic a reçu la plainte de deux dames, une sénégalaise et une Guinéenne, déclarant avoir donné 7,5 millions de Francs Cfa à un certain El Hadj Diadji Condé. En échange, ce dernier avait promis de leur trouver des « certificats de mariage » avec des députés avec qui il travaillerait, ce qui devrait leur faciliter l’octroi du passeport diplomatique. Samedi dernier, Condé, qui était recherché depuis, a été intercepté par la Dic.
Lors de son interrogatoire, sous le régime de la garde à vue, il a reconnu les faits avant de confirmer effectivement qu’il travaillerait avec des députés.

Face à l’instances des policiers, il cite Boubacar Biaye, député Bby, président du conseil département de Sédhiou et Pca de l’ARD mais aussi Mamadou Sall, président du conseil département de Saléméta.

Condé indiquera aussi aux policiers que son business était en cours depuis des années puisque, durant l’ancienne législature, il travaillait déjà avec Sadio Danfakha. Alors que les enquêteurs lui demandent de leur indiquer son domicile (il a été arrêté à centenaire), Condé refuse. Ce n’est que lundi, dans l’après-midi, que les policiers ont pu localiser sa maison à Cambérène où ils ont fait une perquisition. Sur place, ils découvrent plusieurs passeports ordinaires mais encore des copies de passeports diplomatiques dont celui de Mamadou Sall et de quelqu’un présenté comme étant le fils de Boubacar Biaye. Ils ont aussi trouvé des copies de bulletins de paiement d’indemnités parlementaires. Ces deux députés sont-ils dans le coup? Les documents en cause sont-ils authentiques ? L’enquête devrait le déterminer.

L’affaire des passeports diplomatiques qui éclabousse deux députés de la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) n’a pas encore livrer tous ses secrets. Ce dossier risque également de secouer la presse.
Liberation informe qu’une célèbre journaliste est dans le collimateur de la Division des investigations criminelles (DIC).

 2,166 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.