Violent accrochage entre l’armée et des bandes armées à Oulampane

La violence se lève au sud. Un violent accrochage entre l’armée et des bandes armées ce mercredi matin a eu pour théâtre les abords du village de Diaboudior dans la commune de Oulampane, informe Emedia. L’accrochage s’est produit suite à des opérations de destruction de champs de chanvre indien dans le nord Sindian, dans le cadre de la lutte contre des produits prohibés. Pour le moment, aucun bilan n’est disponible. Des tirs sont entendus depuis hier, dans le Nord de Bignona, selon la radio Zig FM, qui a relayé l’information. Ce matin, des tirs à l’arme lourde sont aussi entendus dans cette zone vers la frontière avec la Gambie.  Selon nos confrères, les tirs à l’arme lourde de ce matin pourraient marquer la reprise des opérations de sécurisation de l’armée après une période d’accalmie. L’armée nationale qui depuis le depuis de l’année avait entamé des opérations de sécurisation et de destruction de toutes les bases supposées du MFDC, des champs de chanvre indien et de lutte contre le trafic de bois, aurait repris des opérations.  La reprise de ces opérations dans le Nord de Bignona aurait occasionné l’accrochage entre des porteurs d’armes appartenant au MFDC et l’armée nationale. Les confrères de Zig FM ont confié que ces éléments armés seraient issus des rangs ou des bases de Paul Aloukassi Bassène. Ces tirs ont repris ce matin vers 11 h, précise la source.  Une situation qui semé la peur chez les populations de la zone Nord de Bignona. 

Nombre de Vues | 908 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.