Vers un Février de feu pour l’école sénégalaise

Les dépôts de préavis de grève tous azimuts des syndicats d’enseignants risquent d’embraser l’école sénégalaise durant ce mois de février. Les syndicalistes envisagent d’observer des mots d’ordre de grèves pendant ce mois si l’Etat ne réagit pas sur les différentes revendications posées sur la table du gouvernement.

Selon Sud Quotidien, c’est le Cadre unitaire syndical des enseignants du moyen et du secondaire (Cusems) qui a ouvert les hostilités en début décembre dernier par un débrayage pour exiger le paiement des indemnités de déplacement des examens du Bac et fustiger le retard des salaires des professeurs contractuels. Pour appuyer sur l’accélérateur, le directoire national du Cusems dépose un préavis de grève couvrant la période du 07 janvier 2016 au 07 janvier 2017.

Abdoulaye Ndoye, secrétaire général du Cusems, regrette les « retards accusés dans le paiement des salaires des vacataires et des contractuels et celui des indemnités, les lenteurs administratives inacceptables dans la gestion des carrières des professeurs, l’arrêt des mises en solde depuis 02 mois, le non-respect du Procès-verbal du 06 Mai 2015 ».

Le Grand cadre des syndicats d’enseignants de Mamadou Lamine Diante suivra la cadence en décidant de déposer un préavis de grève, à la suite de la plénière de renouvellement de son bureau de coordination national. Ce préavis couvrant la période allant du 08 janvier au 31 décembre 2016, est articulé de trois points, notamment le respect strict du protocole d’accords signé, la gestion démocratique des personnels enseignants et l’ouverture des négociations sur l’augmentation de l’indemnité de logement des enseignants.

Les camarades de Mamadou Lamine Diante et Waly Zoumarou n’entendent pas lâcher du lest devant un gouvernement qui pose, jugent-ils, des actes scélérats rendant improductif le système éducatif avertit le journal. Dimanche dernier, c’est au tour du Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal de suivre la cadence. Le secrétariat exécutif national unitaire du Sudes a donné mandat au Secrétariat Permanent pour le dépôt dans les meilleurs délais d’un préavis de grève seul ou en alliance avec d’autres syndicats du secteur. Le Sudes propose même la constitution d’un puissant front unitaire des syndicats et la diversification des stratégies de lutte pour l’efficacité et le succès rapide dans la bataille pour le parachèvement de la matérialisation des accords.

Pendant ce temps, le Syndicat autonome de l’Enseignement supérieur (Saes) menace d’aller en grève illimité à partir du mois de février prochain. En déposant un préavis de grève, mardi 5 janvier, sur la table du gouvernement, après un débrayage de 9 heures, le Saes dénonce l’inertie du gouvernement, notamment sur l’entrée en vigueur de la réforme des titres universitaires à partir de ce 1er janvier 2016. Sous un autre sillage, le bureau national du Saes, réunis vendredi 29 janvier, se veut catégorique sur l’examen du budget par l’Assemblée de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) : pas d’adoption si le budget ne couvre pas les 12 mois de salaires, la prise en charge médicale de tout le personnel de l’Ucad et les primes de recherche. Seydi Ababacar Ndiaye et Cie estiment que les autorités rectorales de l’Ucad essaient de faire voter son budget en faisant fi des exigences de la communauté universitaire.

Nombre de Vues | 328 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.