Bannière CESE-OK

Vers l’arrestation de Ousmane Sonko

Après la levée de l’immunité parlementaire de Ousmane Sonko, laviesenegalaise.com croit savoir la suite de cette affaire politico-judiciaire.


L’opposant Ousmane Sonko risque la prison. En effet, il a déclaré jeudi lors de sa conférence de presse qu’il ne compte ne pas répondre à une convocation du juge d’instruction qu’il récuse avec la dernière énergie. «Mes avocats ont demandé la récusation de Mamadou Seck, ce juge partial du 8e cabinet, non indépendant du procureur de la République et du gouvernement de Macky Sall. J’invite les Sénégalais par la même, à prêter un œil attentif au doyen des juges d’instruction, Samba Sall, pour toute participation éventuelle au traitement de ce dossier. Car, c’est connu de tous, tous les coups foireux contre les opposants politiques ou citoyens au régime Sall passent par ce triangle des Bermudes judiciaires (Bassirou Gueye – Samba Sall – Mamadou Seck)», a dit Ousmane Sonko.


Après la levée de son immunité parlementaire, l’on s’achemine vers une nouvelle étape de l’affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr. Le procureur général et le juge d’instruction vont mener la suite de la procédure. Même si Ousmane Sonko le récuse, le juge d’instruction du 8e Cabinet, Mamadou Seck, aura les coudées franches pour le convoquer.


Ce dernier pourrait d’ailleurs décerner un mandat d’amener, avec réquisition des forces de l’ordre. En clair, un mandat d’amener est un ordre donné à la force publique (police ou gendarmerie) par un juge d’instruction de conduire immédiatement devant lui une personne définie pour l’entendre.

Le mandat d’amener est donc assorti d’une contrainte puisqu’en cas de résistance, il y aura utilisation de la force publique.

Affaire à suivre

 1,750 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.