Var pour Farba Ngom – Fragilisé par les listes parallèles, le coordinateur de l’APR à Matam fait dans la récupération

Farba Ngom a fait face à la presse locale de Matam hier, mercredi 26 janvier, pour dire qu’il a gagné sa commune avec un score soviétique : 96%. Inégalable! peut-être. En tant que coordinateur départemental de l’Apr à Matam, il a également essayé de titrer tout en sa faveur. En effet, Farba Ngom qui commentait les résultats s’en félicite que tous les vainqueurs des élections à Matam soient de Bby, y compris les listes parallèles. Farba tient alors un double langage entre hier et aujourd’hui. Var.

À quoi joue donc Farba Ngom qui tient un double langage. Hier, il rejetait systématiquement les listes parallèles, aujourd’hui, il fait dans la récupération.

Lors de la campagne électorale pour les Locales, Farba Ngom a dénoncé et fustigé avec la dernière énergie les listes parallèles. Comme un prince qui fait et défait, il a même parfois haussé le ton pour faire dans la menace. Cela, c’était lors de la campagne. Aujourd’hui que les urnes ont commencé à livrer leur verdict, que le peuple souverain a décidé librement en lançant un signal fort à Macky Sall, le stratagème Farba Ngom, très machiavélique tente de tout ramener sur soi. Alors que rendre service au Chef, c’est de lui permettre de voir la réalité en face. Certains hommes sont vomis par une partie de la population à cause notamment de leur arrogance, leur indisponibilité et surtout faute d’actions.

C’est connu de tous, un certain Mamadou Eimane Kane nouvellement élu maire de Thilogne a toujours manifesté une opposition farouche face à Farba Ngom avec sa démarche parfois cavalière. Farba Ngom a imposé ses “hommes” au cabinet du président, ils ont été investis. Mais dans certaines communes, les populations ont décidé autrement. Ils ont reçu une raclé. Surtout à Thilogne au cœur du Bossea, cette localité qui était jadis le pilier du Fouta, à tous points de vue. Avec la montée en puissance d’un certain Farba Ngom dans les grâces du prince, Thilogne a perdu son lustre d’antan. Avec la victoire de Mamadou Elimane Kane, fils du célèbre Elimane Amar Kane, Thilogne se rebiffe et souffle le changement pour se retrouver dans la lumière. Accompagné par Abdoul Guissé qui a vu sa victoire arrachée en 2009 et impuissant face aux réalités de l’époque, ce dernier prend sa revanche sur ses détracteurs dont certains ne sont plus de ce monde et d’autres toujours en vie. 

Même à Kanel, le maire sortant Haymout Daff était devenu impopulaire au point que sa chute était inévitable. Il a été hué et humilié devant Macky Sall lors de sa dernière tournée avant les élections. Néanmoins, il a été investi. Pour beaucoup, c’est parce qu’il bénéficie du soutien de Farba Ngom qui cherchait à étendre ses tentacules dans le département de Kanel. Battu à plate couture à Kanel, il fait également perdre du terrain à Farba Ngom.

Aux yeux de plusieurs électeurs et même de certains observateurs, les investitures de Benno n’ont pas été consensuel. Mais, plutôt un diktat. Le pire a d’ailleurs été évité de justesse dans certaines localités. Compte tenu des moyens dont dispose l’appareil d’État et qui ont été mis en place.

Même s’il faut reconnaître à Farba Ngom son travail remarquable pour le développement de sa commune Agnam, force est également de reconnaitre qu’une peur bleue de perdre a habité plusieurs de ses candidats.
Il faut donc savoir tirer les leçons et non tirer les intérêts vers soi.

 

  Par Djiby DEM

Nombre de Vues | 5,962 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.