Université Cheikh Anta Diop de Dakar : Le recteur gèle les amicales

La tension couve l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). A peine que le recteur a invité à la fermeture totale du campus social et décidé de suspendre toutes les amicales, les étudiants se sont fendus d’un communiqué pour prévenir les autorités qu’ils n’excluent pas de verser dans « des évènements qui iront dans le sens de rendre à l’étudiants ce qui lui revient de droit ».


Après les violences ayant causé la mort de Ismaïla Gaoussou Diémé, membre du groupe Kekendo, le conseil restreint de l’université Cheikh Anta Diop s’est réuni mercredi, sous la présidence du recteur Ahmadou Aly Mbaye, pour aborder la sempiternelle question des violences récurrentes notées dans le temple du savoir. Ainsi, il a été retenu que toutes les amicales au sein du campus soient suspendues jusqu’à nouvel ordre. En ce sens, une commission chargée de réfléchir sur le statut des amicales des étudiants et de proposer un règlement intérieur a été mise en place.
Ces décisions surviennent alors que toutes les facultés, ou presque, étaient en pleine campagne en vue de gagner les élections relatives au choix des représentants des étudiants dans les instances de décisions. Par le passé, à chaque fois que ce contexte survient, l’université renoue avec la violence. D’ailleurs, c’est pour éviter les tensions que le conseil a demandé au Directeur du Coud de procéder à la fermeture totale du campus social jusqu’à la mise en place d’un nouveau système de gestion de la codification. A ce titre, il convient de regretter que les chambres comptent plus de syndicalistes que d’étudiants qui ont codifié. D’ailleurs, le conseil a constaté dans sa note que le défunt membre de Kekendo n’était plus inscrit à l’université depuis 2015 et regrette dans la foulée la présence au sein du campus d’individus n’ayant aucun lien avec l’université.
La colère des étudiants
Les étudiants sont dans tous leurs états après la note du Conseil restreint de l’Assemblée de l’université. Dans un communiqué, le collectif des amicales de l’UCAD ne semble pas avaler sa colère. « Dans sa logique inébranlable de mettre à terre le système de l’enseignement supérieur […], le MESRI, Cheikh Oumar Hann, et son acolyte le recteur, Pr Ahmadou Aly Mbaye, veulent transformer l’UCAD, temple du savoir et havre de paix en une zone de guerre », lit-on dans leur communiqué. D’ailleurs, les étudiants confient que « c’est avec un cœur rempli d’indignation que le Collectif reçoit le communiqué du Conseil restreint de l’Assemblée de l’Université » avec son lot de décisions. Regrettant que le Conseil se soit réuni sans les étudiants, le Collectif des amicales de l’UCAD « récuse et refuse toutes velléités de fermeture du campus social ». Il rejette également toutes tentatives de suspension des amicales de l’UCAD, qu’il considère comme « entités qui constituent les derniers remparts contre les dérives de cette administration universitaire déboussolée et sans expérience ». Aussi, « le Collectif exige la dissolution de la commission chargée de réfléchir sur le statut des amicales d’étudiants sans ces derniers ». Pour terminer, le Collectif des amicales de l’UCAD, prenant à témoin l’opinion prévient : « Si les mesures conservatoires et un dialogue transparent et permanent ne sont pas enclenchés, il s’en suivra […] des évènements qui iront dans les sens de rendre à l’étudiant ce qui lui revient de droit ». Dans l’optique de continuer leur bataille syndicale, les étudiants n’excluent pas de descendre sur l’avenue Cheikh Anta Diop dans les heures qui suivent. Chose qui a été d’ailleurs faite nous signale-t-on. 

 

    ♦ Abou Kane Dia  –  laviesenegalaise.com

 960 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.