Une forte mobilisation prévue ce lundi à la Faculté des lettres : Les étudiants disent non à la reprise graduelle des cours

Le temple du savoir risque de verser dans de nouvelles formes de perturbations. A l’heure où les cours peinent encore à démarrer, les étudiants comptent se mobiliser en masse, ce lundi, pour contester la reprise graduelle des cours.

En effet, sur l’emploi du temps publié par la Faculté des lettres, il est mentionné que la licence 1 démarre en premier les cours avant la licence 2 et 3. Si les nouveaux bacheliers suivent les cours sous les plateformes digitales en mars et avril, avant de les observer en présidentiel en mai, les étudiants de la licence 2 et ceux de la licence 3 vont suivre, quant à eux, les cours en ligne de mai à juillet.

Toutefois, aux yeux des étudiants, cet emploi du temps est la meilleure manière de multiplier davantage encore les décrochages. « Nous n’apprécions point la reprise graduelle. En cause, nous avons été victimes de ce même système qui a conditionné l’échec de bons nombres d’entre nous, surtout les nouveaux bacheliers qui n’ont jamais été préparés à cela », regrettent les étudiants, dans une note parvenue à notre rédaction.

Il s’y ajoute le nouveau système appelé bimodal dont les étudiants n’approuvent qu’à peine. « Nous sommes appelés à nous confronter au système bimodal qui favorisent les enseignements en ligne, alors que les étudiants habitants des contrées lointaines n’ont pas la possibilité de se connecter convenablement sur les réseaux. Cela est même valable pour les étudiants vivant à Dakar où dans les zones urbaines », souligne le document. Les étudiants contestent formellement la reprise graduelle des cours à la Faculté des Lettres et Sciences humaines (FLSH) pour l’année universitaire (…).

Par ailleurs, les étudiants de cette Faculté dénoncent le démarrage tardif des cours, au moment où les autres Facultés ont déjà commencé les enseignements. « Nous voyons que la Faculté des lettres et des sciences humaines est aujourd’hui discriminée et marginalisée. Car, les cours ont déjà démarré de façon globale dans les autres Facultés de l’université, sauf à la Faculté des lettres et sciences humaines. Ce que nous trouvons aussi injuste », regrettent les étudiants. Qui comptent investir, en masse, le hall du nouveau bâtiment, ce lundi, à partir de 9 heures pour manifester leurs doléances. Les mêmes étudiants appellent leurs camarades à se mobiliser de façon pacifique.

 1,518 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.