Un ans après le conseil des ministres délocalisé à Sédhiou : Réalisation mitigée des projets du chef de l’ Etat

Le début de l’année 2015 était plein d’espoirs pour les Sédhiouois. En effet, c’est le 25 février 2015 que se tenait à Sédhiou le premier conseil des ministres délocalisé. A cette occasion, le président promettait aux Sédhiois une enveloppe de 200 milliards. Le stade régional, l’espace numérique ouvert (Eno), la chambre de commerce et d’agriculture, le commissariat de police sont en chantier. Le ministre des collectivités locales vient de poser dans le même sens la première pierre du centre culturel. Et beaucoup de pistes de productions ont déjà vu le jour.

Mais la grande attente est encore là. Le désenclavement n’a pas encore connu un début de solution, ni dans la commune, ni dans la région. La pauvreté, le chômage des jeunes, les soins de santé primaires sont encore d’actualité.
Le 25 février 2015, l’espoir était permis car l’ancienne capitale de la Casamance naturelle avait accueilli le conseil des ministres délocalisé. Pendant presque une semaine, la région a connu une effervescence politique sans précédent. A cette occasion, le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Bâ, informait que dans le cadre du programme actuel, le gouvernement entend mettre à la disposition de la région de Sédhiou une enveloppe de 187 milliards sur la période 2015 2018».

Une enveloppe que le Président avait revue à la hausse vu les besoins de désenclavement. «Les problèmes de Sédhiou étant liés à son enclavement, c’est une somme importante qui sera réservée au désenclavement. Je crois que cela devrait tourner autour de 127 milliards pour le désenclavement de Sédhiou», avait-il soutenu avant de lister ses grands projets.

Le président Macky Sall avait annoncé la construction du pont de Marsasoum pour une enveloppe de 21 milliards, la route Saré Alcaly/Bogal/Ndiamacouta soit 25 kilomètres pour 12.5 milliards FCFA. Il avait aussi annoncé sans indiquer les enveloppes allouées, la construction du stade régional, de l’hôpital régional, de la boucle du Boudhié long de 130 kilomètres. En lieu et place, ce sont des nuages de poussière qui continuent de menacer les habitations riveraines et la nature végétale.

Toujours dans le cadre du conseil des ministres, le ministre Mbagnick Ndiaye avait plaidé pour la rénovation du Ford Pinet Laprade de Sédhiou qui est un patrimoine classé. Il avait par ailleurs dit que les mosquées de Karantaba et de Sédhiou, qui sont des lieux de mémoire culturelle, seront aussi rénovées. Ces infrastructures religieuses attendent toujours le premier coup de pinceau ou de pioche.

Il avait été prévu l’électrification de 800 villages « à court et moyen terme». Ce qui, selon le chef de l’Etat, devrait revenir à 10 milliards de francs. Pour appuyer les femmes à développer l’entreprenariat féminin, Moustapha Diop, ministre délégué chargé de la micro finance et de l’économie solidaire, avait annoncé aux femmes de la région un financement remboursable de six cent millions.

«A travers ce financement, disait-il, le président Macky Sall entendait traduire en actes concrets sa vision à savoir offrir aux femmes des opportunités réelles et faire d’elles le fer de lance du plan Sénégal émergent». Mais cela reste encore de simples intentions selon certaines organisations féminines qui n’ont pas encore aperçu la couleur de cet argent.

Paul FAYE

Nombre de Vues | 352 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.