Seydi Gassama : «les organisations des droits de l’Homme continueront à dénoncer les actes de torture»

Seydi Gassama directeur exécutif de la section d’Amnesty International (AI) Sénégal se prononce après le communiqué de la police.

Seydi Gassama soutient que ce «communiqué constitue une menace directe, et sans précédent, de la police sénégalaise contre les défenseurs des droits humains. Elle traduit une profonde ignorance des engagements internationaux du Sénégal en matière de lutte contre la torture…», a posté sur twitter le droit de l’hommiste. Toujours sur son compte twitter, M. Gassama avance que «les organisations des droits de l’Homme continueront à dénoncer les actes de torture, lorsqu’elles sont avérées, et à exiger des poursuites contre leurs auteurs, conformément aux engagements de l”Etat du Senegal en vertu de la convention des Nations Unies contre la torture». Seydi Gassama insiste, «les organisations des droits humains continueront à faire état, publiquement, à travers rapports et déclarations, des allégations de torture reçues de victimes présumées ou d’avocats et à exiger des enquêtes approfondies et indépendantes. Aucune menace ne les fera changer…», rétorque le directeur exécutif de la section d’Amnesty International Sénégal. Toujours dans ce chapitre, Seydi Gassama révèle, «sans être systématique, la pratique de la torture existe au sein des forces de sécurité sénégalaises. Des victimes soutenues par des organisations des DHs ont pu porter plainte et obtenir justice. Des dizaines de plaintes moisissent dans les tiroirs des parquets».

Capture Tweet Seydi Gassama

 554 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.