Scandale foncier – Cession d’un terrain de l’UCAD à un promoteur immobilier

L’affaire a fuité et va faire un grand bruit. Une partie de l’assiette foncière de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) a été cédée à une société privée du nom de Sertem Properties par le gouverneur de Dakar, Al Hassane Sall agissant au nom de l’Etat, selon des documents de la Direction Générale des Impôts et Domaines signés le 02 septembre dernier.Scandale foncier - Cession d'un terrain de l'UCAD à un promoteur immobilier

Après la vente d’une partie de l’hôpital Aristide Le Dantec, c’est au tour de l’espace universitaire de faire l’objet de débat suite à une cession d’un terrain de l’UCAD à un promoteur immobilier.
Le terrain en question se trouve à l’École supérieure d’économie appliquée (ESEA). Comme le précise le document circulant sur les réseaux sociaux, il s’agit « d’un terrain urbain nu d’une contenance superficielle de huit mille six cent (8 600) m2 ».

L’entreprise bénéficie d’un bail de 30 ans avec possibilité de prolonger la durée à 20 ans, ce qui fait un total de 50 ans déjà. « A l’issue de cette période de cinquante ans, l’Etat aura la faculté de la renouveler à des conditions qui seront déterminées d’accord parties, le moment venu », ajoute le document, exploité par plusieurs médias.
L’attribution de ces titres fonciers notamment TF1.973/GR et 17.832/GR, ayant le NICAD : 01130134 00500028, reviennent à la société dénommée « SERTEM PROPERTIES», représentée par son président Léopold Ngom (…), rapporte le document signé par le gouverneur Al Hassan Sall.


L’octroi est consenti moyennant un loyer de cinq millions cent soixante mille 5.160.000 francs, qui sera payable annuellement et d’avance à la Caisse du Chef du Bureau de Recouvrement de Ngor-Almadies, la première échéance devant être acquittée dans un délai maximum d’un mois, à compter de la date de notification au preneur de l’approbation des présentes, et les échéances ultérieures spontanément, au plus tard le 31 mars de chaque année », lit-on dans les lignes approuvées par l’autorité administrative. Par ailleurs, le bail approuvé au cours du premier semestre de l’année, donne ouverture, pour cette année au paiement d’une annuité entière. Le bail approuvé au cours du second semestre de l’année donne ouverture, pour cette annuité, nu paiement d’une annuité réduite de moitié.



Le Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes) section Ucad a réagi à la cession du terrain de l’ESEA (Ucad) à un promoteur privé pour la construction d’un immeuble devant servir de résidences diplomatiques. Le Saes dénonce une boulimie foncière qui intervient dans un contexte de massification de l’Ucad qui exige une extension des capacités d’accueil. Abdoulaye Dieng (coordonnateur Campus Ucad) et ses camarades accusent le département dirigé par Abdoulaye Daouda Diallo. « Notons que le Ministère des Finances et du Budget, auteur de cette forfaiture, est à son énième acte car ayant déjà amputé l’ESEA de plus de 5 hectares de sa superficie globale mettant l’établissement dans une précarité et une insécurité foncière, détériorant ainsi le cadre d’enseignement et de recherche », fulminent les enseignants. Le Saes qui exige une annulation de la ‘’cette forfaiture’’ pense qu’une telle mesure met en avant les intérêts d’un privé au détriment de la formation de la jeunesse du pays et du continent. Le Syndicat interpelle les forces vives mais reste surtout attentif à la réaction de Cheikh Oumar Anne, le ministre de tutelle. Si rien n’est fait, le syndicat a déjà une idée assez claire de son plan d’action. Il s’agit du « boycott de la rentrée universitaire prévue le 03 Octobre 2022 » et de « la paralysie du système universitaire ».

Nombre de Vues | 1,321 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.