Riposte contre le Covid19 – Le Sénégal va renforcer son plateau technique

Le Sénégal va renforcer son plateau technique pour prendre en charge les éventuels cas graves de patients infectés par la maladie à coronavirus. L’information a été donnée par le ministre de la Santé et de l’Action sociale qui a affirmé, au cours de cet entretien avec le quotidien national “Le Soleil”, que le Sénégal va acquérir des respirateurs artificiels et des équipements de réanimation.

Dès le début de l’épidémie, avance Abdoulaye Diouf Sarr,” mon département a pris l’option de doter les centres de traitement de Fann et du pôle mère enfant de Diamniadio, d’équipements de réanimation pour la prise en charge des cas graves. C’est ainsi que des lits de réanimation ont été aménagés au Centre de traitement (Cte) de Diamniadio (pôle mère enfant) pour prendre en charge des cas graves avec tous les équipements nécessaires”. Il s’agit, entre autres, des respirateurs, aspirateurs de mucosités, scopes multiparamétriques, pompes à perfusion, seringues électriques, défibrillateurs, appareils d’électrocardiogramme, radiographie mobile. Ces équipements sont déjà livrés. Nous sommes aussi en train de mettre à niveau le service de réanimation du service des maladies infectieuses avec six lits et quatre respirateurs, et tous les autres équipements de réanimation. Il y a aussi le réaménagement à l’hôpital Fann avec la mise à disposition des services de réanimation au service de chirurgie cardiovasculaire avec un minimum de 20 lits déjà équipés et fonctionnels. Nous travaillons aussi à l’aménagement des Cte avec la possibilité de prendre en charge des cas graves avec au moins quatre postes de réanimation dédiés par site. Par ailleurs, le ministère a lancé une importante commande pour l’acquisition de respirateurs artificiels et d’autres équipements de réanimation. Mais avec la fermeture des frontières et les besoins très importants dans les pays développés, certaines lenteurs sont notées dans les délais de livraison. Je voudrais signaler également que tous les hôpitaux sont en train de réorganiser leurs services de réanimation avec les équipements disponibles pour prendre des malades en cas de nécessité.
Toujours dans cet entretien avec nos confrères du Soleil, le Ministre de la Santé ajoute, le Gouvernement du Sénégal, à travers mon département, a pris les mesures idoines par rapport à cette question sur les équipements de protection. Aujourd’hui, la Pharmacie nationale d’approvisionnement et le Centre des opérations d’urgence sanitaire (Cous) ont pris les dispositions nécessaires pour éviter toute rupture en matériel de protection que ce soit les combinaisons, les masques chirurgicaux … Ce, en dépit de la tension mondiale liée à la raréfaction de ces intrants sur le marché mondial. En plus de l’effort de l’État dans ce domaine, il faut saluer la contribution de personnes physiques ou morales qui ont acheté et mis à la disposition du ministère de la Santé et de l’Action sociale des équipements de protection et autres produits essentiels dans la lutte contre le Covid-19. Je dois aussi me réjouir de l’accompagnement des partenaires techniques et financiers qui ont contribué ou qui continuent encore à nous livrer des équipements de protection et d’autres types de matériels et d’équipements dont nous avons besoin. Je dois remercier aussi chaleureusement M. Jack Ma, ancien Pdg du Groupe Alibaba pour son appui aux pays africains et au Sénégal qui, en particulier, a reçu un important don composé de milliers de masques, de kits de diagnostic rapide, et 1000 combinaisons.
Dans chaque centre de traitement, au moins, quatre lits dits « lits « chauds » dotés d’équipements de réanimation avec l’appui des anesthésistes réanimateurs, des médecins urgentistes et du Samu national. C’est le cas au Chn de Fann, au centre hospitalier de Diamniadio et à Touba. Et d’ajouter “nous avons également prévu, en cas de nécessité, de monter en puissance avec les capacités en lits de réanimation déjà existantes et fonctionnelles à l’hôpital Principal de Dakar, à l’hôpital général Idrissa Pouye de Grand Yoff, à l’hôpital Aristide Le Dantec et celui d’Enfants Albert Royer (pour les éventuels cas graves pédiatriques) et dans tous les établissements publics de santé régionaux.”

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.