Rencontre avec les opérateurs postaux: l’ARTP engage le chantier de la redynamisation des activités postales

L’ARTP a organisé ce mercredi une rencontre avec les opérateurs postaux pour la redynamisation des activités postales. Initiée par la Direction de la Régulation Postale, du Partenariat et de la Coopération Internationale (DRPCI) de l’ARTP, la rencontre a été présidée par le Directeur général M. Abdoul Ly, a constaté laviesenegalaise.com. Abdoul Ly ARTP, Régulation Postale

L’objectif est de faire l’état des lieux du secteur postal, de recueillir les attentes des opérateurs ainsi que les difficultés rencontrées dans l’exercice de leurs missions. De l’avis du Directeur Abdoul Ly, cette concertation permettra aussi, à terme, de remobiliser les acteurs autour d’un cadre de régulation souple et efficient au bénéfice de tous. Rappelant les missions du régulateur dans ce sens. “Il me semble important de rappeler, à ce stade, qu’en vertu des textes législatifs et règlementaires, que l’ARTP est chargée, entre autres, de superviser le secteur postal, de contrôler le respect par les opérateurs postaux de leurs obligations issues de la réglementation, des licences et cahiers des charges, de garantir l’existence d’une concurrence saine et loyale entre les opérateurs postaux. Mais aussi et surtout, de veiller à la viabilité économique et financière du secteur et assurer la protection des intérêts du consommateur”, a rappelé Monsieur Ly.

Selon lui, le secteur postal fait partie d’un monde qui a beaucoup évolué, transformé par la révolution numérique, la mondialisation du commerce et les progrès technologiques. Ainsi, il doit, à ce titre, soutient le Directeur, “être au cœur des discussions sur l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies visant à favoriser l’inclusion numérique”.

Pour lui, malgré ce contexte favorable au secteur postal, il est nécessaire d’améliorer la perception de la qualité des services par le grand public ceci d’autant plus que, la population semble garder un certain lien affectif et un attachement au service public postal.

Au Sénégal, il y a 22 opérateurs postaux dont l’opérateur historique la société nationale La Poste et des acteurs privés titulaires de licence d’exploitation du courrier. Ces licences sont délivrées par l’Autorité ministérielle après instruction de l’Autorité de régulation. Au sein de l’ARTP, la régulation postale est prise en charge par la Direction de la Régulation Postale, du Partenariat et de la Coopération Internationale (DRPCI) qui a diverses attributions.

La Loi N° 2006-01 du 04 janvier 2006 portant Code des Postes a élargi les prérogatives de l’ARTP à la régulation postale et a ouvert de nouvelles perspectives de développement pour l’industrie postale.

Les opérateurs avaient été saisis par lettre en date du 13 mars 2020 pour les informer du démarrage de la campagne de contrôle qui été prévue le 23 mars 2020. Pour des raisons liées à la pandémie la campagne n’a pas pu être déroulée. Néanmoins, la direction de la régulation postale informe qu’une compagne sera planifiée pour l’année 2023 afin de disposer de toutes les informations liées à sa mission de Régulateur. Par ailleurs, l’ARTP a mis en place un comité en interne pour la révision d’un projet de nouveau Code des Postes. Aussi, en mai 2022 L’ARTP a commissionné le bureau de conseil Ipostes pour effectuer une étude sur l’état des lieux et les perspectives de développement du secteur postal au Sénégal.

De l’avis du Directeur Abdoul Ly, il apparait clairement que le secteur doit être restructuré. C’est ainsi que, souligne-t-il, «son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République, lors du Conseil des Ministres du 23 novembre 2022, a rappelé l’importance stratégique et le rôle fondamental du service public de la Poste dans la vie économique et social du Sénégal. Il avait demandé, par la même occasion à Monsieur le Premier ministre et aux ministres en charge des Finances et des Postes de prendre toutes les mesures idoines, en relation avec toutes les parties prenantes, afin d’accélérer le processus de restructuration de la Société nationale la Poste».

Ainsi, le régulateur a décidé d’accompagner, par des leviers adéquats, cette dynamique des pouvoirs publics pour que les retombées bénéficient au secteur postal dans sa globalité et aux consommateurs. En effet, l’Internet, le mobile et la transformation digitale sont des causes de la chute inexorable du courrier lettre. Tous les domaines innovants du marché sont digitalisés et les services postaux doivent être alignés et « interfacés » sur ce niveau de digitalisation. 

Le directeur du régulateur cite à titre d’exemples, la transformation digitale, l’adressage numérique, la fiabilisation des statistiques des opérateurs, la finalisation de la comptabilité analytique de la Poste et des autres opérateurs, la finalisation des textes réglementaires, l’érection du partage d’infrastructures et de l’interopérabilité comme alternatif à la faiblesse des investissements des opérateurs, la sécurisation des envois postaux.

Déjà, l’Artp est en train de mettre en œuvre plusieurs projets comme l’implémentation du Projet GMS sur le réseau de la POSTE. Il s’agit de l’installation d’équipements sur le réseau de la POSTE afin de mesurer la qualité de service en permettant d’apprécier les délais des envois de bout en bout. Le projet est exécuté dans le cadre d’un partenariat technique avec l’UPU (Union postale universelle). Une équipe de projet GMS composée de collaborateurs de l’ARTP, de la POSTE et de l’UPU a été mise en place. Les sites de la POSTE devant recevoir les équipements ont été identifiés. Le démarrage effectif des mesures est prévu au cours du premier trimestre de l’année 2023.

A cela s’ajoute, la mise en place de la comptabilité analytique à SN La Poste. Conformément à l’article 54 du code des Postes, l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes a commandité une évaluation de la comptabilité analytique de la « Sn la Poste », l’opérateur en charge du service postal universel. Les résultats ont été publiés durant l’année 2022 et les recommandations devront être implémentées pour l’année 2023 avant le lancement du prochain audit.

Egalement, le renouvellement de licences d’exploitation du courrier. Car, selon nos informations obtenues auprès de l’ARTP, les licences d’exploitation du courrier de plusieurs opérateurs sont arrivées à expiration depuis le mois de mars. Des renouvellements sont introduits et seront traités dans les meilleurs délais, assure-t-on. Des courriers seront transmis à l’ensemble des opérateurs pour la régularisation à la suite de la mise en place d’un cadre d’échange plus fructueux. Sans oublier la définition d’une stratégie de e-commerce basée sur la relance des produits postaux. Aussi, une étude est prévue pour relancer les produits postaux à travers le E-commerce. Déjà, l’Avis à Manifestation d’Intérêt a été évalué et le lancement prochain du marché est prévu en début d’année prochaine.

Monsieur Abdoul Ly a fait remarquer que le contexte actuel, marqué par une évolution constante, commande au régulateur de mettre à jour ses leviers et indicateurs de performance de même que les données de l’observatoire, mais aussi aux opérateurs de faire plus d’efforts dans l’innovation.

Dans les perspectives la direction de la régulation postale a prévu pour l’horizon 2023, d’accompagner le Ministère de la Communication, des Télécommunications et de l’Economie numérique dans la validation du nouveau projet de Code des postes, redynamiser l’observatoire postal, mettre en place un cadre d’échange permanent avec tous les acteurs surtout les opérateurs postaux pour garantir le développement du secteur, contribuer de manière significative au projet d’adressage physique et numérique dont l’ARTP assure la présidence du sous-comité juridique, renforcer le dispositif de régulation au grand bénéfice des usagers (mise en place du cadre réglementaire, Qos, service universel, infrastructures, etc…) et prendre en charge les problématiques du numérique, de la transformation digitale et des services et produits innovants pour concrétiser la vision chère du président de la République Macky Sall.

L’ARTP, par la voix de son Directeur Général, a réaffirmé son engagement à travailler de concert avec l’ensemble des parties prenantes pour la résolution des difficultés qui sont rencontrées dans le secteur postal. Diagana - Directrice de la Régulation Postale du Partenariat et de la Coopération InternationaleYellamine GOUMBALA - Secrétaire général de l'ARTP


 

Le secteur postal était un monopole d’Etat. Une ouverture partielle du secteur postal à la concurrence est réalisée en 2006, avec l’adoption d’un Code des postes. La poste du Sénégal dispose de la concession de service public, universel et réservé. A ce jour il y a 22 licences d’opérateurs privés (la Poste et 21 autres). Parmi les 21, 2 ont cessé leurs activités postales.

Nombre de Vues | 1,126 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.