Projet de loi pour la criminalisation de l’homosexualité- BBY parle d’un faux débat

Faux débat ! La majorité parlementaire s’est prononcée sur la proposition de loi qui veut criminaliser l’homosexualité au Sénégal. Et selon Aymérou Gningue et compagnie, la loi sénégalaise est claire, et pas besoin de revenir sur la question.

 

Le Président de la République avait été clair devant celui de la première puissance du monde en 2016. Et Macky sall avait bien marqué son désaccord, par rapport à l’homosexualité. C’est le président du groupe parlementaire BBY qui s’est ainsi exprimé. Sur les ondes de la RFM, Aymérou Gningue a rappelé ce fait, parlant du projet de loi introduit à l’assemblée et allant dans le sens de criminaliser l’homosexualité au Sénégal.

 

Selon M. Gningue, cette proposition est un « faux débat », qui « veut être installé dans cette période pré-électorale par des députés qui cachent des objectifs politiques inavoués derrière cette proposition de loi ». Tranché! L’avis est tranché et la proposition de loi se voit ainsi reléguée au plan politique. Mais l’avis de M. Gningue est tout aussi différent de celui des défenseurs de la criminalisation de l’homosexualité, tels que Cheikh Oular Diagne ou, encore, Mame Makhtar Geuye qui, sur la RFM, a déclaré n’être pas surpris par la position de M. Gningue et compagnie. Mame Makhtar Geuye annonce d’ailleurs une tournée chez les familles religieuses pour discuter de cette nouveauté par rapport au projet de loi.

 

Le groupe parlementaire BBY, à travers un communiqué signé par Aymérou Gningue  en revient, pour sa part, à « la législation du Sénégal qui date de 1966, donc depuis 55 ans » et qui « est claire et nette à ce sujet », considérant ainsi qu’ « il n’est point besoin d’y ajouter ou d’en retirer virgule ».

 

Le communiqué rappelle amors que « conformément à l’article 319 du Code Pénal en son alinéa 3 qui dispose que: sera puni d’un emprisonnement d’un à cinq ans et d’une amende de 100.000 à 1.500.000 francs, quiconque aura commis un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe ».

 

De poursuivre: « par conséquent, que ceux qui cherchent à se signaler à l’attention du public en cette veille d’élection locale, se trouvent d’autres sujets car celui-ci n’en est pas un. La loi en vigueur et la position inébranlable du Président Macky SALL sont sans équivoque possible ». Une manière de redire, selon la majorité parlementaire, que le projet de loi est un faux débat…

 

 

Moussa Seck- laviesenegalaise.com 

Nombre de Vues | 1,630 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.