PORTRAIT – Serigne Fallou Mbacké ou le fils qui a matérialisé les intentions du père

- Publicité -

Serigne Fallou Mbacké« Je suis fils de Boroom Touba » ! Qui n’aurait pas aimé avoir à prononcer cette phrase ? Tout le monde, peut-être. Mais, sûrement Mouhammadou Fadel Mbacké, autrement appelé Serigne Fallou. 

 

L’un des faits qui particularisent cet homme de Dieu est qu’il ait renoncé à son statut de fils de Serigne Touba, préférant celui de disciple du Saint Homme. En direction du 18 Safar, date de célébration du grand Magal, votre portail laviesenegalaise.com vous la vie et l’oeuvre du guide.

Né le 27 juin 1888 à Darou Salam soit au 27ème jour du mois de Rajab, Serigne Fallou avait le don de voir se réaliser toutes ses prières, d’où son surnom “Boroom na am, mu am“. (celui qui a le don de prières acceptées). Cette matérialisation, d’ailleurs, deviendra l’un des aspects de sa relation mystérieuse avec son père et guide spirituel. Cheikh Ahmadou Bamba, en effet, avait des intentions qui ne se sont matériellement réalisées que sous l’initiative de son fils Galass.

L’une de ces intentions du Père matérialisées par le Fils est le pèlerinage à la Mecque. En effet, Bamba n’a pas effectué ce voyage vers les lieux saints de l’Islam, bien que dans les « xasidas », il a formulé ce vœu. Cependant, le fils-disciple s’en est chargé pour le père-guide. C’est ainsi qu’en Mars 1928, accompagné de Mame Cheikh Anta, Serigne Fallou effectua pour son père le pèlerinage, ainsi que le souligne Serigne Ablaye Diop Bichri dans un entretien, exploité par laviesenegalaise.com.

Devenu second khalife en 1945, il se donna corps et âme dans la poursuite des travaux de la Grande Mosquée. Ainsi, procède-t-il à son inauguration, le 7 Juin 1963, et y dirigea la première prière. A cette occasion, soutient Bichri, il proclama : « j’ai matérialisé le projet de Serigne Touba. Il voulait cette mosquée, et j’ai fait ce qu’il voulait. »

Outre ces deux réalisations, vient une troisième, et qui est toute aussi significative. C’est celle du Grand Magal. Ce concernant, Ablaye Diop Bichri, tenant sa source de Serigne Thierno Diaw, lui-même se référant à son père Serigne Ahmadou Diaw dira que Serigne Touba avait confié : le jour où Serigne Fallou donnera l’ordre de célébrer le Magal à Touba, il deviendra l’incarnation de ma personne, comme moi je serai l’incarnation de la sienne. Chose qu’il fit en 1947.

De là, on voit qu’avoir préféré le statut de disciple à celui de fils, d’avoir aussi veillé à la matérialisation des vœux du guide ont fait du Fils…le Père.

 

 

  ♦ Auteur : Moussa SECK – laviesenegalaise.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.