Plainte contre le député Aliou Dembourou Sow : 1 an après, le Frapp dénonce l’impunité

Un an après la plainte déposée contre le député Aliou Dembourou Sow par le mouvement Frapp France Dégage, les choses restent intactes. En effet, le député avait créé la polémique en appelant la communauté « Al Pulaar » à défendre la candidature de Macky Sall par les « armes ». « Prendre les machettes pour défendre la candidature de Macky Sall à un troisième mandat, en 2024 », avait soutenu le député Aliou Dembourou Sow dans une de ses sorties. Ce dernier serait protégé par le procureur de la République, renseignent les membres de Frapp Degage, qui révèlent qu’il n’a jamais été inquiété par la justice.  

Seneweb revient sur le contenu de la plainte signée Alioune Badara Mboup.

A L’attention de MONSIEUR LE PROCUREUR près le tribunal de grande instance de Dakar

Objet : Plainte en dénonciation d’infraction pour apologie de crime

Monsieur le Procureur,

Attendu que lors d’une sortie médiatique dans une des langues nationales du Sénégal, le député Aliou Demba SOW dit Aliou Dembourou SOW, député élu sur la liste départementale de Ranérou-Ferlo a fait un appel grave à la violence ethnique. En effet, ce dernier a invité une communauté à « prendre les machettes pour défendre la candidature de Macky Sall à un troisième mandat, en 2024 ».

Qu’il est constant que ces mots, d’une violence sans commune mesure, traduisent nettement la volonté du Sieur Sow d’impliquer cette communauté de façon malencontreuse dans la détermination des personnes aptes à poser leur candidature à la prochaine élection présidentielle de 2024 alors qu’aucune section du peuple, ni aucun individu, ne peut s’attribuer l’exercice de la souveraineté.

Qu’il ne fasse point l’ombre d’un doute que la période électorale est tellement sensible qu’on ne saurait admettre cet écart de langage aussi dangereux dont la seule motivation est de faire valoir des positions partisanes au détriment de l’intérêt, de la quiétude, de la sûreté et de la sécurité publics.

Qu’on ne saurait ignorer ni disconvenir que ces mots portent atteinte à l’unité nationale qui a toujours existé dans notre pays.

Que notre mouvement, constitué de sénégalais soucieux de la paix et de la stabilité de leur pays, se voit dans l’obligation de vous saisir pour que ses agissements soient punis à hauteur de leur gravité.

Attendu que les actes de Monsieur Aliou Demba SOW, député de surcroît, sont constitutifs d’apologie de crime, infraction prévue et punie par les articles 248, 249, 250 et 252 du Code Pénal Sénégalais.

C’est ainsi que, suivant notre droit constitutionnel intangible de l’intégrité du territoire national et de l’unité nationale dans le respect des spécificités culturelles de toutes les composantes de la Nation, nous vous saisissons pour que l’acte soit réprimé.

Dans l’attente d’une suite favorable à notre dénonciation, nous vous prions, MONSIEUR LE PROCUREUR, de recevoir nos salutations et considérations distinguées.

Pour le FRAPP

Nombre de Vues | 1,038 Fois |

Commentez cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.