Pape Diop, ancien président de l’Assemblée nationale : «On ne doit pas gérer l’argent public sans être contrôlé»

La tête de liste de la coalition Bokk gis gis liggey et ex président de l’Assemblée nationale, Pape Diop dit être partisan du tout contrôle parce que ça entre dans le cadre des grandes réformes institutionnelles.

Dans le journal Bès Bi du jour, il dit : « Il faut commencer par l’institution présidentielle, l’Assemblée nationale, la Justice mais également les corps de contrôle. On doit réfléchir sur les textes qui sont quelque fois dépassés et avancés. Donc, c’est un ensemble. Maintenant, on ne doit pas gérer l’argent public sans pour autant être contrôlé. Et demain, il faut que ces institutions soient contrôlées, il n’y a que l’Armée, la Gendarmerie et la Police qui ne seront pas dans ce contrôle-là. Parce que, il y va de la sécurité de notre pays mais toute autre institution doit être contrôlée. Le président de la République a des fonds politiques, on n’y peut rien. Les fonds, on ne peut pas les auditer. Mais à part ça, tout le reste, le budget de la présidence de fonctionnement et des autres fonds qui sont logés à la présidence pourraient être audités. L’Assemblé nationale, le Sénat si demain elle revient, toutes les institutions, les ministères de contrôle de l’action doivent être contrôlés. Il faut beaucoup plus de pouvoir pour permettre à l’Assemblée de faire ce contrôle là et de pouvoir chaque année examiner le compte administratif après exécution du budget. Donc, tout ça, ce sont des réformes, j’en parle depuis longtemps. »

Nombre de Vues | 682 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.