Paix en Casamance : Des représentants de l’Etat ont rencontré une délégation du MFDC

Des représentants de l’Etat sénégalais et de la rébellion indépendantiste de Casamance (sud) se sont rencontrés la semaine dernière au Cap-Vert, a indiqué lundi dans un communiqué le Centre Henry-Dunant pour le Dialogue humanitaire, dont le siège est à Genève, rapporte l’Afp.

La rencontre entre une délégation du gouvernement et une délégation du Comité provisoire des ailes politiques et combattantes unifiées du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC) s’est déroulée dans la capitale capverdienne, Praia, les 8 et 9 avril, a précisé cet organisme spécialisé dans la médiation de conflits armés.

Il s’agit des premiers pourparlers rendus publics entre le Sénégal et la rébellion indépendantiste depuis ceux tenus à Rome en octobre 2017, selon l’Afp.

Le communiqué ne précise pas quelles branches du MFDC, divisé en factions politiques et militaires rivales, ont participé à ces discussions, ni si celle dirigée par Salif Sadio, le chef le plus radical de la rébellion, était représentée.

Menée “dans le cadre de la recherche de la paix”, la rencontre a débouché sur une déclaration conjointe définissant “les axes devant guider les négociations”. Parmi eux: la “proclamation solennelle de la volonté des deux parties de résoudre le conflit en Casamance par le dialogue”.

La Casamance, séparée de la majeure partie du reste du territoire sénégalais par la Gambie, est le théâtre d’un des plus vieux conflits d’Afrique depuis que des indépendantistes y ont pris le maquis avec un armement rudimentaire après la répression d’une marche du MFDC en décembre 1982.

Après avoir fait des milliers de victimes et ravagé l’économie, le conflit a persisté à petit feu, avec des montées de tension épisodiques. Malgré les opérations de déminage, les mines, enfouis par les militaires ou les rebelles, continuent à faire des victimes, civils ou combattants.

L’armée sénégalaise a lancé fin janvier des opérations pour sécuriser le retour des personnes déplacées, répondre à des exactions commises par le MFDC contre des civils, selon elle, et mettre fin aux trafics de bois ou de cannabis. Elle a annoncé avoir repris au moins trois bases de la rébellion.

Les tractations de paix, rendues ardues par les divisions internes du MFDC, avaient été relancées après l’arrivée au pouvoir en 2012 du président Macky Sall. Mais elles n’ont pas abouti à un accord définitif, écrit l’Agence France Presse.
     

 1,996 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.