Nomination du Premier Ministre et Gouvernement de Macky Sall : Les vérités du député Théodore Chérif Monteil

En perspective de la nomination d’un premier ministre et la formation du nouveau gouvernement, le député Théodore Chérif Monteil invite le président de la République à mettre l’accent sur les compétences et non plus sur la politique.

Interpellé sur ses attentes, par nos confrères du journal EnQuete, il répond : ‘’Le problème, c’est surtout les ministres que le Premier ministre. Depuis son accession au pouvoir, le président de la République a fait énormément de choses. Mais souvent, c’est dans la mise en exécution, que les gens ne sont pas contents. Avec des délais qui ne sont pas respectés, des dépassements budgétaires à n’en plus finir. Il y a vraiment des efforts à faire à ce niveau et cela passe par les hommes et les femmes qui composent le gouvernement. Il faudrait des technocrates compétents qui sont là pour travailler et non des gens pour faire la politique’’.

Pour ce qui est du poste de Premier ministre, chacun y va de son pronostic. Tandis que certains parlent d’un Premier ministre technocrate pour mener à bien ce qui doit être, selon eux, un mandat de transition, d’autres n’imaginent pas Macky Sall faire confiance à un non politique. ‘’Le poste de PM, confie Monteil, est éminemment politique. Il doit être un homme ouvert d’esprit, qui a des capacités managériales avérées. Je pense qu’il doit être un homme politique, parce qu’il doit avoir une certaine légitimité, un véritable leader pour coordonner tout ça.’’

Mais avant de penser à la transition prévue en 2024, le Président devra certainement penser aux législatives qui se profilent à l’horizon, juste au mois de juillet et qui devront permettre de clarifier le débat politique. Qui pour conduire la barque de la majorité aux prochaines élections législatives ? Est-ce le futur Premier ministre ou une tierce personne que Macky va garder secrète ? Si Abdoulaye Wade était réputé signaler à gauche et tourner à droite, Macky Sall, lui, a pour habitude de ne donner aucun signe dans le choix de ses hommes. Depuis 2012, rarement ses choix se sont retrouvés sur la place publique avant l’heure qu’il ait lui-même choisi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.