Modernisation de l’Etat civil au Sénégal : Unicef décerne un satisfecit à l’ANEC pour les initiatives positives

Dans le processus de modernisation de l’Etat civil au Sénégal, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) qui est une une agence de l’Organisation des Nations unies consacrée à l’amélioration et à la promotion de la condition des enfants, décerne un satisfecit à Dakar pour ses initiatives “très positives’’.

La représentante résidente de l’Unicef au Sénégal, Silva Danailov, a déclaré mercredi à Dakar avoir noté “partout dans le Sénégal des initiatives très positives’’, dans le processus de modernisation de l’Etat civil en vue de permettre aux enfants de jouir de leur droit de disposer de documents administratifs.

“Je salue l’ouverture et le leadership du Haut Conseil des Collectivités territoriales (HCCT). Il a permis aujourd’hui à des enfants de parler devant les conseillers territoriaux de l’état civil. Partout dans le Sénégal, nous avons des initiatives très positives’’, a-t-elle notamment indiqué.

Mme Danailov intervenait lors de son audition par les conseillers territoriaux dans le cadre de la quatrième session ordinaire de l’année 2023 du HCCT portant sur le thème : “L’enregistrement et l’exploitation des faits d’état civil, un défi majeur pour le développement territoriale’’.

Elle a assuré que l’organisme onusien pour l’enfance appuie déjà le Sénégal sur beaucoup d’initiatives comme le renforcement de tous les acteurs qui travaillent dans ce domaine.

“Nous travaillons la main dans la main avec l’Agence nationale de l’Etat civil pour la mise en œuvre de la stratégie nationale pour l’état civil’’, a-t-elle assuré.

“Nous travaillons aussi avec les ministères de l’Education et celui de la Santé parce que nous voyons des initiatives très porteuses que nous avons soutenues pour leur mise en œuvre. Nous allons aussi accompagner les campagnes de communication’’, a-t-elle ajouté.

La présidente du HCCT, Aminata Mbengue Ndiaye, a pour sa part, rappelé qu’il était attendu de l’exposé de l’Unicef, un éclairage et sa contribution, ainsi que ses propositions et recommandations pouvant aider à la modernisation de l’état civil.

“Nous avons pris bonne note de vos recommandations allant notamment dans le renforcement de la coopération entre le HCCT et l’Unicef qui a toujours soutenu les Collectivités Territoriales qui manquent de moyens. Je crois que ça va continuer et nous en faisons le plaidoyer’’, a-t-elle dit à la délégation de l’Unicef.

Pour sa part le directeur général de l’Agence nationale de l’Etat civil, Aliou Ousmane Sall, a lors de son audition par les conseillers, appelé à la sécurisation l’état civil qui est “aujourd’hui érigé en priorité’’, par le président de la République avec volonté politique affirmée des pouvoirs publics pour accompagner la modernisation’’.

“Il faut sécuriser l’état civil, aujourd’hui érigée en priorité. Il y a une volonté affirmée par le président de la République pour régler la question de l’Etat civil. Aujourd’hui nous pouvons parler de volonté politique pour accompagner la modernisation de l’Etat civil’’, a fait valoir M. Sall.

Un document de l’Unicef présenté au HCCT, indique que la situation actuelle au Sénégal est de 596 centres d’état civil dont 555 centre principaux et 41 centres secondaires.

Il précise que cinq régions ne disposent pas encore de centres d’état civil et qu’en moyenne, un centre d’état civil polarisé 32 localités (villages et villes), six structures sanitaires (postes/centres de santé) avec des variations régionales.

“L’enregistrement des faits d’état civil ou de l’identité juridique constitue un acte majeur de contrôle du territoire. Conformément à l’esprit de l’article premier de la déclaration universelle des droits de l’homme et de l’article 7 de la convention relative aux droits de l’enfant, toute personne qui s’identifie à un territoire doit être identifié et identifiable’’, a souligné un document du HCCT, remis à la presse.
Avec (APS)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.