Malgré l’interdiction, l’opposition maintient sa manifestation ce vendredi

L’opposition réunie au sein de la grande coalition Yewwi-Wallu est décidée à organiser sa manifestation ce vendredi. Malgré l’interdiction préfectorale du rassemblement du 17 juin prochain, Yewwi Askan Wi tiendra bel et bien sa manifestation. Ces assurances sont du leader de Pastef Les Patriotes qui appelle les militants, les sympathisants ainsi que les Sénégalais à la « résistance » comme ce fût le cas en mars 2021.

« Nous disons à tous les Sénégalais que nous maintenons notre manifestation et nous n’y changerons aucune virgule. D’ailleurs même, je me dis est ce qu’on ne doit pas aller la faire à la Place de l’indépendance (…) J’appelle les militants, les sympathisants ainsi que les Sénégalais à la résistance, comme je l’avais fait en mars 2021″, lance Ousmane Sonko, en conférence de presse avec ses camarades la Conférence des leaders, qui estiment par ailleurs que l’arrêté du préfet interdisant leur rassemblement était « illégal ».

De l’avis du maire de la ville de Ziguinchor, ce vendredi 17 juin 2022 est un test grandeur nature pour ouvrir ou pas la voie au troisième mandat du président Macky Sall. Revenant sur les raisons de cet appel, Ousmane Sonko qui pense que Benno Bokk Yakaar ne doit pas prendre part à ces élections, explique que c’est par principe que les leaders de Yewwi Askan Wi veulent faire face au régime de Macky Sall et non pour des postes de députés. « Nous nous battons pour des principes. Si on l’accepte à Macky Sall, on perdra beaucoup dans ce pays. On ne peut pas continuer à accepter que Macky Sall choisisse celui avec qui il va aux élections. Ça se jouera dans la rue et j’appelle tous les Sénégalais à sortir, dans tout le pays, il y aura des manifestations sous diverses formes», a lancé Ousmane Sonko .

 « Le rassemblement de Yewwi Askan Wi aura lieu, ce vendredi »

Khalifa Sall l’ancien maire de Dakar assure que le rassemblement de Yewwi Askan Wi va bel et bien se tenir, ce vendredi 17 juin. « Nous allons tenir la manifestation. Nous étions à la police avec Déthié Fall et Cheikh Tidiane Youm pour faire une déposition. « Ils nous ont parlé de l’article L.61 du code électoral qui ne nous concerne pas. Tout comme le communiqué du CNRA », dit-t-il. Selon lui, le rassemblement n’est pas une propagande. « Nous nous opposons aux décisions arbitraires de l’Etat, rien à voir avec de la propagande », précise Khalifa Sall.

« La démocratie a reculé avec le gouvernement de Macky Sall », selon Aida Mbodj

Aida Mbodj qui a parlé au nom des femmes leaders de Yewwi Askan Wi décrète que sous Macky Sall, la démocratie a reculé. D’après elle, le chef de l’Etat n’a pas tenu le bon discours face à la presse française sur les élections législatives à venir. «Il (NDLR : Macky Sall) a évoqué une question de parité et non de doublon de parrainage devant les médias Français», corrige Aida Mbodj qui invite le chef de l’Etat, à travers le préfet de ne pas interdire leur rassemblement. «Dans un pays démocratique, les opposants ont le droit de manifester pour dénoncer certaines injustices d’Etat», dira-t-elle.

Nombre de Vues | 746 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.