Macky Sall sur le PAP2A : “Le moment est opportun pour passer de la défense à l’attaque”

Le Président de la République, Macky Sall a présidé ce mardi 29 septembre 2020 au CICAD, le Conseil présidentiel consacré au plan de relance de l’économie nationale. Une occasion pour le gouvernement d’échanger avec les partenaires financiers et techniques du Sénégal pour valider le document préparé sous la coordination du ministère de l’économie et du plan.

Le Plan d’actions prioritaires ajusté (PAP2A) pour la relance de l’économie est initié par le chef de l’Etat dans un contexte post-Covid19, avec de nouvelles priorités. Pour le Président Sall, “le moment est opportun pour passer de la défense à l’attaque par la relance en adoptant la stratégie gagnante du bloc équipe inclusive et participative”.

Le PAP2A initié par Macky Sall a besoin de 14.712 milliards francs CFA dont 33% venant du privé. La pandémie a fait changer de cap avec de nouvelles priorités : autosuffisance alimentaire, souveraineté pharmaceutique, sanitaire et la sécurité industrielle, tout ça adossé à une forte option numérique. Venu présider cette rencontre, le Chef de l’État Macky Sall dira, “le PAP2A est consacré à la relance de l’ économie nationale”.

Suite à la réunion gouvernementale préparatoire du 13 août dernier, le Chef de l’Etat a réuni le conseil présidentiel en présence des représentants de toutes les institutions de la République, forces vives du secteur privé et surtout des partenaires. “Je réitère mon engagement au processus participatif dans la définition des politiques publiques, touchant à la vie économique et sociale de notre pays. Nous évoluons toujours dans un contexte de crise sanitaire, économique profonde et inédite. Notre lendemain est encore incertain. Il faut rester combatif dans l’esprit, déterminé dans l’action, calme, serein et humble dans la réflexion…”, dira-t-il devant des centaines d’invités qui ont participé à cette rencontre tenue ce 29 septembre au CICAD.
Par ailleurs, Macky Sall a saisi l’occasion pour apporter des explications sur la décision du gouvernement d’alléger les conditions de l’état d’urgence le 11 mai dernier. Une décision qui avait suscité un tohu-bohu au sein de la population sénégalaise. Si pour certains c’était une sage décision d’alléger les restrictions, d’autres estimaient le contraire vu l’augmentation du nombre de cas de covid-19. Selon le Chef de l’État, “Fort de nos acquis, mais également conscient de nos limites et de nos vulnérabilités, il s’agit pour nous d’amorcer une nouvelle séquence dans la gestion de la Covid en passant de la résilience à la relance. C’est insensé de vouloir continuer d’enfermer tout un pays, toute une économie en se protégeant d’un ennemi invisible, inodore et incolore. Mais il fallait insister sur les gestes barrières, car pour le moment c’est le seul remède que nous avons”.

Poursuivant, le Président de la République soutient que dans la gestion optimale de la pandémie de la covid-19, on ne saurait choisir la santé au détriment de l’économie, ni l’économie au dépens de la santé. Le bon choix c’est à la fois celui de la santé et de l’économie. Pas d’économie qui ne prospère sans la bonne santé et pas de bonne santé durable sans une économie qui la finance”. Voilà ce qui fonde notre stratégie pour remettre notre pays sur la trajectoire de croissance forte d’avant covid-19 afin de maintenir le cap sur l’émergence du Sénégal à l’horizon 2035, a t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.