Macky Sall prépare-t-il son 3ème mandat ?

Sauf changement, la Présidentielle Sénégalaise est prévue dans 15 mois, un peu plus d’un an. Exactement, un an et trois mois. Nos confrères de la Tribune posent la question. Macky Sall prépare-t-il son 3ème mandat ?

Jusqu’à ce qu’une loi d’amnistie soit votée, conformément au vœu émis par le chef de l’État, mercredi lors du premier conseil des ministres du nouveau gouvernement, les commentaires iront bon train. Pour faire recouvrer à toutes les personnalités politiques (de Karim aux députés Biaye et Sall) qui ont perdu leurs droits civils, il faut une loi d’amnistie pour la période 2000- 2022. On ne sait pas ce qui motive le Président Sall à prendre une telle initiative, mais avec 22 ans de bénéfice d’impunité à tous ceux qui ont détourné, arnaqué, tué, on est amené à penser qu’il prépare son 3ème mandat. Il est légitime de croire que tout concourt à cette énième ambition dans les actes posés et qu’il va poser dans les mois et semaines qui viennent.

Non seulement l’amnistie porte sur des faits, mais également sur une période. Elle est votée par l’Assemblée nationale contrairement à la grâce qui est un droit reconnu au chef de l’État. À considérer, les personnalités politiques qui ont perdu leurs droits civils, ce ne sont pas seulement Karim Wade et Khalifa Sall. Barthélemy Dias, si sa requête devant la Cour suprême ne prospère pas, les députés Boubacar Biaye et Mamadou Sall sont également concernés par cette situation. De même que Sitor Ndour qui est dans les liens de la détention, s’il venait à être condamné à une lourde peine. Tous les maires ou simples élus locaux, chefs de village…qui ont été condamnés pour un quelconque délit à une peine de plus de 3 mois sont dans le lot des gens qui ont perdu leurs droits civils. Dans la longue liste, figurent des citoyens lambda qui ont perdu ce droit et veulent au même titre que tous les autres, être rétablis. En tout cas, si une loi d’amnistie va être votée, pour qu’elle puisse faire recouvrer à tout ce monde leurs droits civils perdus, elle devrait porter sur la période 2000-2022.

L’amnistie relève de l’Assemblée nationale

En d’autres termes, tous les crimes financiers, les arnaques et escroqueries ainsi que les meurtres, bref tous les crimes et délits commis pendant cette période, vont être effacés. Avec les effets d’une loi d’amnistie, les condamnations déjà prononcées seront effacées sur le casier judiciaire. C’est comme si de telles infractions n’ont jamais été commises. L’amnistie est une mesure d’apaisement sociale qui relève de l’Assemblée nationale. Si une loi d’amnistie est votée pour des infractions déterminées, ceux qui les ont commises et qui n’ont pas encore été jugés ne pourront plus l’être. Si une procédure de poursuite est engagée, elle sera systématiquement arrêtée. Au Sénégal, la dernière loi d’amnistie dite Ezzan a été votée en 2005.

Nombre de Vues | 818 Fois |

Source Auteur - Par Ndiogou CISSÉ
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.