Macky Sall arrose les forces de défense et de sécurité – l’opposition s’interroge ?

Que mijote Macky Sall s’interrogé Walfquotidien ? Selon le journal du groupe Walfadjri, les forces de défense et de sécurité sont privilégiées sous le régime de Macky Sall. L’Etat dépense sans compter dans ce secteur. Une situation qui serait la résultante des évènements tragiques de mars 2021.

Après avoir équipé la gendarmerie et la police nationale d’armes de répression, les agents des forces de défense et de sécurité ont bénéficié d’une revalorisation salariale de plus de 39 milliards. Lors de l’examen du budget du ministère de l’Intérieur, le ministre des Finances et du Budget a informé que les forces de défense et de sécurité ont bénéficié une revalorisation généralisée des salaires. C’est ce qui explique selon lui, que la masse salariale de ce personnel qui était de 68 milliards en 2022 va passer à 107 milliards Francs Cfa en 2023. Soit une augmentation d’environ 40 milliards Francs CFA.
«Dans le souci de faire face à l’ensemble des défis, le département entend poursuivre les efforts de recrutement, de dotation en matériels et surtout renforcer les capacités en matière de lutte antiterroriste, de lutte contre la drogue et la criminalité sous toutes ses formes», affirme le ministre dans les colonnes de Walfquotidien.
Cela n’a pas manqué de susciter des réactions du côté des parlementaires de l’opposition.

L’opposition dénonce des «pratiques illégales»
Inscrite dans le groupe parlementaire Yewwi askan wi, Oulimata Sidibé a soulevé les «tares» du régime, marquées par la «politisation de l’administration, les agressions d’opposants, l’usage d’une milice»…
Idem la députée Sokhna Ba a aussi dénoncé la surveillance des hommes politiques par des éléments du ministère de l’Intérieur. Parallèlement, ils ont interpellé le ministre sur l’utilisation du logiciel Pegasus à des fins d’espionnage ainsi que la filature de certains opposants politiques lors de leurs différents déplacements. Ils ont demandé des informations sur le régime juridique des écoutes téléphoniques au Sénégal ainsi que leurs conditions de recevabilité comme moyen de preuve devant le juge. D’autre part, le ministre de l’Intérieur a été interpellé sur le retard de paiement des indemnités des chefs de village et la nécessité de mettre à leur disposition des véhicules ou motos, ainsi que des signes distinctifs pour faciliter leur participation aux cérémonies officielles.

Nombre de Vues | 1,954 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.