Locafrique traîne la Sar devant les juridictions britanniques

Le collectif des avocats de Locafrique a tenu une conférence de presse ce mercredi pour apporter des précisions dans le processus de recapitalisation de la société africaine de raffinage (Sar). Locafrique a décidé de porter l’affaire l’opposant à la Sar devant les juridictions britanniques. La société réclame la somme de 170 milliards de francs CFA.

Le pool des avocats de Locafrique dont Me Seydou Diagne est prêt pour défendre le dossier de leur client. Les avocats estiment que les préoccupations de Locafrique sont légitimes. « En tant que patriote et investisseur, Khadim Ba a le droit de dire qu’il est d’accord pour une augmentation de capital, mais puisque la loi sénégalaise nous permet d’utiliser le siège de l’entreprise comme apport en nature et de le mettre dans l’actif de la société, on n’a pas besoin dans ce cas d’aller aggraver ou monter des schémas compliqués qui permettent à des gens de se procurer des commissions pour au final faire simplement une augmentation de capital », plaide l’avocat avant de renchérir que Locafrique SA n’a pas l’intention de bloquer la bonne marche de la société ni d’empêcher les gens à faire des affaires.

Pour Me Seydou Diagne, “le groupe Locafrique fait l’objet d’un ostracisme par la mauvaise gestion et les attitudes qui ne sont pas fondées en droit et qui sont déplorables dans un état de droit. Le niveau d’engagement de Locafrique dépasse aujourd’hui les 170 milliards F CFA, pour un privé national qui ne voulait qu’aider une entreprise très importante dans le secteur des hydrocarbures”.

Les robes noires ont récusé le marché de gré à gré de 200 milliards F CFA, passé par la SAR et Petrosen, pour l’acquisition de produits, à l’insu de Locafrique et du Conseil d’administration. « C’est inadmissible », a martelé Me Diagne qui dénonce « des opérations criminelles très graves. »

Ce dossier qui oppose Locafrique actionnaire à 34% à la Sar est considéré par Me El Hadj Diouf comme le «scandale du siècle». D’ailleurs, il pense qu’un audit sérieux sera fait dans la boite pour «endiguer cette vague de détournements».

La Compagnie Ouest Africaine de Crédit-bail Locafrique dirigée Khadim Ba est entré dans le capital de la SAR (Société Africaine de Raffinage) dans le secteur des hydrocarbures en août 2017, selon nos informations. Le directeur Général a racheté 34 % du capital au groupe saoudien Bin Laden group. 

Le tribunal des référés a rendu son verdict dans l’affaire opposant la Société africaine de raffinage (Sar), Petrosen et Locafrique.

Locafrique a gagné la première bataille judiciaire. En ce sens, le juge a rejeté tous les arguments de Petrosen et de la Sar qui voulaient que le juge désigne un mandataire ad hoc pour voter à la place de l’actionnaire Locafrique qui avait refusé la résolution autorisant une levée de fonds jugée couteuse. Et pour rétablir la vérité, une plainte de Locafrique contre la Sar est en cours de dépôt devant les juridictions britanniques.



       D. Diouf – laviesenegalaise.com

 

Nombre de Vues | 1,454 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.