L’intersyndicale des travailleurs de la Sonatel dénonce la mainmise de France Télécom…

Face à la presse hier, jeudi 10 mars, l’intersyndicale des travailleurs de la Sonatel a dénoncé la mainmise de France Télécom dans les projets d’externalisation des réseaux des télécommunications. Selon Mme Founé Niang, secrétaire générale du syndicat national des travailleurs des postes et télécommunications, France télécom veut s’accaparer des filiales de la Sonatel. Ainsi, comptent-ils décréter une grève de 5 jours dans les jours à venir.

Selon Sud Quotidien, le syndicat des travailleurs de la Sonatel et le syndicat national des travailleurs des postes et télécommunications sont prêts à en découdre avec France Télécom. En conférence de presse hier, jeudi 10 mars, ces deux syndicats ont dénoncé, avec la dernière énergie, la mise en œuvre par France télécom des projets d’externalisation des réseaux de télécommunications de ses filiales et partenaires en Afrique.

« Orange France s’est engagé depuis quelques années dans la mise en œuvre de projets d’externalisation des réseaux de télécommunications de ses filiales ou partenaires dans la zone Amea. De tels projets dans leur Constitution sont de nature à changer structurellement les réseaux des télécommunications des pays avec un impact significatif sur l’économie et la souveraineté des Etats concernés. Et cela au mépris des objectifs clairement déclinés dans la convention de concession de Sonatel et le pacte de partenariat entre Sonatel et France télécom », martèle Mme Founé Niang, secrétaire générale de la section télécom du syndicat national des travailleurs des postes et télécommunications du Sénégal.

Selon toujours le journal, elle constate que la Sonatel opératrice historique au même titre que France télécom et Deutsche télécom tend à être transformée en filiale de France télécom par ces projets Ano (Gnoc Towerco Outsourcing du Ran). De son côté, Doudou Sarr, secrétaire général du syndicat des travailleurs de Sonatel pense que ces projets de transformation ne sont que l’arbre qui cache la forêt soulignant ainsi qu’il n’y a aucun domaine d’activité de Sonatel qui échappe à la véracité de France télécom.

« Le trafic international de nos filiales qui passait par le Sénégal est détourné pour transiter par la France. La nomination des directeurs généraux de nos filiales sont faites par France Télécom qui n’en a ni le droit ni la légitimité », déplore-t-il.

Pire, dénonce-t-il, « Atos dont le Pdg Thierry Breton administrateur de Sonatel , ancien Pdg de France télécom , ancien ministre de l’économie et des finances de la France ramasse et s’accapare tous les projets informatiques de l’entreprise. Nos ingénieurs en sont réduits au chômage technique en attendant qu’ils se frustrent et quittent la boîte ».
A en croire à Doudou Sarr, la plateforme orange money, initiée et démarrée au Sénégal est déportée en Roumanie , filiale de France télécom , suspendant ainsi dans les airs des milliards de Francs Cfa d’économies des Sénégalais et d’africains.

Devant cette situation, l’intersyndicale des travailleurs de Sonatel compte amplifier et élargir sa lutte. A cet effet, une grève de 120 heures est prévue dans les jours à venir. « Avec le M23 et les autres acteurs de la société civile, nous allons dans les prochains jours dérouler des actions communes. Nous allons participer au rassemblement du 11 mars à la place de l’Obélisque pour faire front commun avec les autres secteurs en lutte. Nous allons très prochainement mener une grève de 120 heures », annonce Doudou Sarr.

Nombre de Vues | 376 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.