Les tristes confidences de Boubacar Sèye

Souleymane Alioune Diallo, président de l’Ong Autre Africa apporte son soutien au président de l’Horizon Sans frontières. Selon lui, Boubacar Sèye n’a pas diffamé. Il demande à la personne qui se sent diffamée de se manifester et de ne pas se cacher derrière l’Etat.

Le Président de l’ong Horizon Sans Frontières s’est d’ailleurs confié.
“Boubacar Sèye m’a pris les deux mains. Il m’a dit: Je vais en prison. Je ne m’y attendais pas. Je n’ai pas dit quelque chose qui mérite la prison. Mon frère dis à Macky Sall que je ne suis pas un ennemi de l’Etat du Sénégal. Je ne suis pas son adversaire, ni un cagoulard en politique. Je suis un activiste. Je suis un lanceur d’alerte. Le problème de Mbayang Diop en Arabie Saoudite, c’était mon dossier. Les jeunes sénégalais à Wuhan, c’est moi qui ai lancé l’alerte … On ne m’a jamais accusé de fausses nouvelles“, a déclaré Souleymane Alioune Diallo, ce vendredi, à Dakar, lors d’une conférence de presse, sur l’affaire Boubacar Sèye.

Il poursuit et défend le président de Horizon Sans Frontières sans ambages. “Dans ce dossier, Boubacar Sèye n’a pas fait un diffusion de fausses nouvelles. Ils ont fait une erreur d’appréciation et de contact. Quand Boubacar Sèye parle de représentante de l’UE, il ne parlait pas de l’ambassadrice mais plutôt une femme qui a participé avec lui à une rencontre ici à un hôtel de la place … Boubacar, au cour de l’enquête, a donné les éléments à sa possession“, a-t-il regretté. Non sans inviter le gouvernement à beaucoup plus de responsabilité.

Monsieur Sèye est placé mardi sous mandat de dépôt par le Doyen des juges, qui a suivi le réquisitoire du parquet. Le président de Horizon sans frontières est poursuivi pour diffusion de fausses nouvelles après ses sorties sur la gestion des fonds injectés dans la lutte contre l’émigration clandestine.

 8 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.