Bannière CESE-OK

Les mesures de Macron contre la Covid-19 : Déplacements limités partout en France, fermeture des écoles, vaccination…

En France, pour tenter d’endiguer la «troisième vague» de l’épidémie, le Président Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir de nouvelles restrictions qui s’appliquent à tout le territoire métropolitain.


Macron a écarté l’option d’un troisième confinement strict et d’une fermeture longue des écoles, soutenue par une partie du monde médical. Les mesures de freinage, qui concernaient jusqu’alors 19 départements, vont en revanche être étendues à l’intégralité du territoire.

Face à la «troisième vague» de l’épidémie de Covid-19, à un taux d’occupation dans les services de réanimation approchant les 90% et à la menace d’un «tri» des patients en Île-de-France, le chef de l’État s’est résolu a choisi une voie médiane, au cours d’un Conseil de défense réuni mercredi matin. Cette stratégie sanitaire sera défendue jeudi par le premier ministre, devant le Parlement, et soumise à un vote consultatif des députés et des sénateurs.

Les restrictions de déplacement étendues à l’ensemble du territoire
C’est la fin des mesures «localisées». «Plus aucune région n’est épargnée», a assuré le chef de l’État. La limitation des déplacements en journée, qui concernait depuis le 18 mars 19 départements en zone rouge, va être étendue à tout le territoire métropolitain. À partir de samedi soir, et pour quatre semaines, il ne sera plus possible de se déplacer dans un périmètre de plus de 10 km, sauf motif impérieux, a annoncé le chef de l’État. L’attestation ne sera pas nécessaire pour ces déplacements dans un périmètre de 10 km en journée. Pendant les horaires du couvre-feu, de 19h à 6h, ou pour des déplacements dépassant les 10 kilomètres, une attestation sera en revanche exigée.

Une tolérance pour se déplacer pendant le week-end de Pâques
Les Français pourront choisir leur lieu de confinement. Qu’il s’agisse d’un changement de région ou d’un retour en France depuis un pays étranger, une tolérance sera de mise pour les déplacements qui se feront durant ce week-end de Pâques. Les «contrôles et sanctions»seront en revanche «renforcés sur la voie publique pour limiter les rassemblements» et pour «encadrer la consommation d’alcool».

Les écoles fermées pendant trois semaines, les vacances de printemps unifiées
C’est le retour des cours à distance. Un an après une fermeture inédite des écoles, les établissements scolaires n’accueilleront plus d’élèves la semaine prochaine. Jusqu’au samedi 10 avril, les cours pour les élèves de primaire, collèges et lycées se feront en distanciel. Les vacances de printemps débuteront le 12 avril pour une durée de deux semaines pour toutes les zones. Enfin, à partir du 26 avril et pour une semaine, les cours reprendront en présentiel à l’école primaire et en maternelle, et à distance dans pour les collégiens et les lycéens. Le 3 mai marquera la réouverture générale des établissements scolaires avec des jauges adaptées.

De leur côté, les étudiants pourront continuer à se rendre à l’université pour une journée par semaine.

Tous les dispositifs maintenus pour les parents qui doivent garder leurs enfants
Suite à l’annonce de la fermeture des crèches, écoles, collèges et lycées pendant trois semaines, le chef de l’État a rappelé que les parents concernés qui doivent garder leurs enfants et ne peuvent pas télétravailler « auront droit au chômage partiel ». Pour les salariés, commerçants, indépendants, entrepreneurs et entreprises, « tous les dispositifs seront prolongés ».

La vaccination étendue aux plus de 50 ans le 15 mai
« Vacciner, vacciner, vacciner sans répit. » Une fois encore, Emmanuel Macron souhaite accélérer sur la vaccination en fixant de nouveaux objectifs : dès le 16 avril, la vaccination sera ouverte aux personnes de plus de 60 ans. Les plus de 50 ans y auront ensuite accès au 15 mai. Enfin, tous les Français qui souhaitent se faire vacciner pourront le faire dès la mi-juin. Une « stratégie spécifique » sera aussi adoptée pour « toutes les professions les plus exposées », comme les enseignants et les forces de l’ordre.

Des renforts supplémentaires en réanimation
Emmanuel Macron a salué « l’action remarquable de nos soignants en particulier des équipes de réanimation et de soins critiques » et annoncé qu’ils « sont et seront appuyés dans les prochains jours par des renforts supplémentaires ». Le nombre de lits en réanimation qui a déjà été porté à 7000 devrait atteindre un peu plus de 10.000 lits, a-t-il ajouté.

Tous les commerces non essentiels fermés en France
Conséquence de l’élargissement à tout l’Hexagone des mesures de restriction imposées pour l’instant dans 19 départements, tous « les commerces seront fermés dans tout le territoire métropolitain selon la liste déjà définie » dans les départements concernés, a précisé Emmanuel Macron. Seuls resteront ouverts, les commerces considérés comme essentiels.

Le télétravail doit être «systématisé»
Concernant le télétravail, qui « est sans doute la mesure la plus efficace », selon le chef de l’État, il « sera systématisé et j’appelle tous les travailleurs et employeurs à y avoir recours à chaque fois qu’ils le peuvent ».

Culture, bars, restaurants… Une réouverture progressive à partir de la «mi-mai»
Lieux de culture, bars, restaurants, cafés, commerces, sports… Grâce aux «efforts d’avril» et au «déploiement de la vaccination», Emmanuel Macron souhaite «rouvrir progressivement le pays» à partir de la «mi-mai». «Nous allons bâtir, entre la mi-mai et le début de l’été, un calendrier de réouverture progressive», assorti de «règles strictes», promet-il.

Des «erreurs» commises mais «nous avons bien fait» de ne pas reconfiner
Le chef de l’État a admis avoir commis «des erreurs» dans sa gestion de la crise sanitaire. Mais sur la stratégie de ne pas reconfiner au mois de janvier, contrairement à plusieurs pays européens, Emmanuel Macron considère qu’il a «bien fait». «Nous avons permis à des centaines de milliers de travailleurs de garder la tête hors de l’eau sans jamais perdre le contrôle de l’épidémie», a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que «croire en la responsabilité des Français» n’est «jamais un pari».

Avec Le Figaro

 1,988 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.